domingo, 22 de octubre de 2017

GALIZA: Millares de persoas manifestanse en Compostela contra as leis depredadoras e a Xunta do PP. / Imaxes. (Galiza Contrainfo)






 


INDIA: Exitoso Bandh en Odisha.




correovermello-noticias
New Delhi, 21.10.17
Según reportes de agencias noticiosas de la India, la huelga general (Bandh) convocada por el clandestino Partido Comunista de la India (maoísta) paralizo los cinco distritos del Estado de Odisha.
El Bandh fue convocado para exigir el arresto inmediato del acusado por violación en grupo de un menor en Kunduli, el control de la violencia contra mujeres tribales y la solución a la zona de Mahanadi. El movimiento de vehículos se vio afectado en los cinco distritos debido a la bandh, según el informe.
Así mismo se informa de que presuntos cuadros del Partido Comunista de la India-Maoísta (CPI-Maoísta) ejecutaron a un contrarevolucionario, identificado como Mohan Majhi, de la aldea Lahidi ubicada en la frontera entre Kandhamal y los distritos Kalahandi de Odisha el 21 de octubre, reporta Odisha TV.
En otra accion en Chhattisgarh una columna del EGPL, el pasado día 20 de octubre, destruyo equipos ferroviarios y maquinaria de obras cerca de la estación de trenes de Kamaloor , Datewada.

BRASIL: Pesar pola morte da companeira Ludmila, viúva do camarada Renato Nathan.

Falece companheira Ludmila, viúva de Renato Nathan

Reproduzimos nota da Liga dos Camponeses Pobres (LCP) de Rondônia e Amazônia Ocidental lamentando o falecimento da companheira Ludmila, viúva do histórico dirigente camponês Renato Nathan. Apoiadores de AND que tiveram contato cotidiano com Ludmila informaram que seu quadro de saúde agravou-se após a perda do companheiro.
Renato foi assassinado por pistoleiros em 9 de abril de 2012. Por proposição da Frente Revolucionária de Defesa dos Direitos do Povo (FRDDP), os movimentos populares e revolucionários do país proclamaram o 9 de abril como Dia dos Heróis do Povo Brasileiro.

Em breve emitiremos mais informações sobre esta brava lutadora do povo.

 

Companheira ludmila, presente na luta

Liga dos Camponeses Pobres de Rondônia e Amazônia Ocidental

Com imenso pesar que comunicamos o falecimento da companheira Ludmila, viúva do herói do povo brasileiro Renato Nathan. Desde pequena ela esteve na luta revolucionária, em acampamentos, junto de alguns familiares, lutando pelo sagrado direito à terra para viver e trabalhar. Desde pouco antes da morte do companheiro Renato, em 9 de abril de 2012, ela morava com a filha, fruto do casamento com Renato, na área Canaã, resistindo bravamente com os demais camponeses a ameaças de despejo e ataques de todo o tipo.
Há anos, ela sofria de graves problemas de saúde, sem conseguir um tratamento de saúde adequado. Apesar do apoio que recebeu do Socorro Popular e de vários companheiros, o melhor tratamento era longe de sua residência e a família tinha dificuldade de acesso a ele.
Seu quadro agravou, após o assassinato covarde de seu companheiro, só piorando desde então. Nas últimas semanas esteve internada em Porto Velho, até o seu falecimento.
Ludmila é mais uma vítima deste velho Estado criminoso com seu falido sistema público de saúde.
Transmitimos nossos sentimentos de pesar aos familiares.

Viva a companheira Ludmila!
Viva o companheiro Renato Nathan!
Honra e Glória aos heróis do povo brasileiro!


sábado, 21 de octubre de 2017

BRASIL: La Liga de Camponeses Pobres por el camino de la Revolución Agraria.

 

LCP de Brasil: Por el camino de la Revolución Agraria

La Liga dos Camponeses Pobres de Brasil (Liga de Campesinos Pobres) es una organización revolucionaria, conformada por centenares de familias de campesinos pobres que cultivan y resisten en más de 70 Áreas Revolucionarias, conquistadas en más de 15 años de lucha contra el latifundio por todo el Brasil.
El territorio donde avanza la Revolución, según los coordinadores de LCP, equivale actualmente al tamaño de la ciudad de Río de Janeiro.
Así, la LCP se ha atrevido a luchar sin bajar la mirada ni arrancar de los terratenientes y sus funcionarios. Al contrario, han levantado el orgullo de clase, consiguiendo con mucho sacrificio, lágrimas y sangre lo que les corresponde por derecho: La tierra para quienes la trabajan.
La revolución agraria que emprende la LCP consiste en:  
- Tomas de tierras y destrucción del latifundio, organizando a los campesinos y redistribuyendo la tierra para los que no tienen o tienen muy poca.
- Expandir las áreas revolucionarias, con adhesión voluntaria a la ayuda mutua tanto en producción, comercio, uso de los medios de producción, instrumentos de trabajo, etc.
- Organizar a las masas a través de asambleas populares, donde se da forma a la autodefensa, educación, salud, cultura, justicia popular y administración interna.
Numerosos son los hechos de represión y asesinatos a manos del viejo Estado y su policía militar contra los activistas del movimiento campesino. Ejemplos son el asesinato de Renato Nathan (2012), después de haber sido torturado por los pistoleros de los terratenientes, y de Cleomar Rodriguez (2014), ambos reconocidos dirigentes de la LCP.
Este mismo año, en Pau D’Arco, Pará, se asesinó a 11 campesinos que desarrollaban una recuperación de tierras, a manos de la Comisaría de Conflictos Agrarios (DECA) quienes tomaron venganza después que las masas ajusticiaran a un pistolero (sicarios de latifundistas).
Sin embargo, la sangre no ahoga la lucha sino que la riega. Tras la masacre de Pará, la LCP se tomó las tierras del lugar apoyando a los campesinos para continuar su lucha.
También, a fines de Agosto, la LCP tomó e inició el “corte popular” (repartición de tierras) en Rio Largo, Estado de Alagoas, renombrando la zona como Área Revolucionaria Rosalvo Augusto.
El camino que han emprendido los campesinos de la LCP es un heroico ejemplo a tomar por todos los revolucionarios que habitan las naciones oprimidas por el imperialismo.
¡A enarbolar el ejemplo de la LCP!
Artículo tomado del blog: http://ferp-larebelionsejustifica.blogspot.mx de los camaradas del Frente Estudiantil Revolucionario y Popular de Chile

viernes, 20 de octubre de 2017

Interview with "India Vermella" / Entrevista a India Vermella. (Galiza)

Interview with "India Vermella"

From Oscar-elbloquedeleste:
1. What is "India Vermella"?
India Vermella is the information space of the Galician Committee of Support to Popular War in India. From the same we try to reach our readers the reality of the revolutionary struggle that heads the PCI (Maoist).

2. Why your solidarity with the Naxalite revolution?
Well, the Revolution in India is a prominent part of the World Proletarian Revolution that has persisted in the path of prolonged People's War drawn by Comrade Charu Mazundar applying Marxism-Leninism-Maoism. This makes it, for the communists, an obligation to sustain and support their struggle.


"Spring thunder" as I call it "Radio Pekin" roared throughout the Indian subcontinent breaking with the revisionist talk of peaceful coexistence that the traitors advocated to Leninism. Naxalbari is the direct heir of the path laid out by the Great Proletarian Cultural Revolution led by Chairman Mao. Today it remains a clear line that separates the real communists from the opportunists, however much they hide behind false red flags. In the Spanish State we have an example of the so-called Communist Party of the Peoples of Spain whose radical words can not hide their support for the reactionary government of Modi against the Maoists.

3. On the part of the Maoists, in the Mov. Communist international, is there solidarity with the Naxalites?
Yes, for many years. Indian communists have actively participated in international organizations such as the late Internationalist Revolutionary Movement (RIM/MRI), including the Indian Communist Party ML (Naxalbari), now part of the Communist Party of India (Maoist). The latter participating Party is a founding member of the Coordinating Committee of Maoist organizations in South Asia.

4. What is your work in Galicia?

Well, it is fundamentally propaganda and supportive of the Revolution as well as the denunciation of the situation of political prisoners and prisoners of war in India, as is the case of Comrade Ajith, that of Comrade Kobad Gandhy or as the case of university professor GN Saibaba, that thanks to our work we have led to the European Parliament itself.



5. Are you also in solidarity with the PCF and the revolution of the Philippines?

Yes of course. The people's war in the Philippines is also the result of the rupture with revisionism and its reformist policies outlined by the GRCP since 1966. Comrade Sison has persisted in this path, even facing the pressures of the imperialists and their lackeys as Duterte to end the people's war.


The capitulatory line, driven by some in front organizations, has been swept away by the facts and by the determined support of the oppressed masses to the PC of the Philippines and to the New People's Army.

6. Are you celebrating the 50th anniversary of the uprising in Naxalbari? How would you rate the theoretical and practical work of the Naxalites during these 50 years?
 
Well, as you can see, these 50 years are full of great teachings, successes and defeats, painful assassinations of leaders like Comrade Charu Mazumdar, Azad, Kishenyi or recently the murders of Comrade Shruthi and Comrade Manikanti. In these 50 years the enemy has often clucked victory, but all this has only reinforced the path of Naxalbari.
The party, the CPI, founded by Comrade Mazumdar, fell to the death of the latter in the hands of liquidators but its revolutionary line remained in others that gave rise to new organizations that held high the great red flag of Naxalbari. Organizations that gave rise to the current Communist Party of India (Maoist) under the right direction of Comrade Ghanapati.

Naxalbari which encompasses the disinherited and oppressed masses of the countryside and the city. We are talking about millions of men, women and children and of vast territories in a "red corridor" that does not stop growing, because the people's war is the war of the masses, as President Mao pointed out, and the comrades of India have firmly grasped this beginning of the mass line in the war.
There are ample bases of support in which the masses are the ones that they command through the popular committees, organizing the production, the education, the sanity or the popular justice.

7. Have there been more "green hunt" in India?

In these 50 years repression has been a constant, both by rightist and left-wing revisionist regimes, such as the so-called (Marxist) Communist Party of India. Hundreds of siege and annihilation operations have tried unsuccessfully to extinguish the spark they set in a village of Dajerleen.


The genocidal Green Hunt operation is characterized by a genocidal systematic of the State of the Union to face "the greatest threat" to its democracy, the application of new technologies and that it tries to definitively take away the lands of the adivasis to give them to foreign companies, mainly mining.

8. Is the Naxalite revolution based solely on the peasantry or also about the workers?
India is a large sub-continent and its states and regions are diverse. Center of many contradictions. The main force of the popular masses in the New-Democracy revolution is the peasantry and the proletarian force and the revolutionary intellectuals, fused in a solid block, the Party.
Cities are usually centers of power of the old state as well as where they maintain hegemony over the oppressed masses. This does not prevent revolutionaries from being present in the workers 'and students' movement.

9. Who is Dr. SaiBaba?

Professor GN Saibaba is a well-known Maoist intellectual, who was arrested on false charges of belonging to the clandestine PCI (Maoist).
Its persecution by the old state has aroused multiple protests added to the fact of its condition of handicapped (is in a wheelchair) which violates the minima rights of the political prisoners.

10. What is the current situation of the PCI (Maoist) and its guerrilla PLGA?

The PCI (Maoist) has been strengthened and united around the long line of popular war, striking not only the repressive forces but also and main to the Brahmanic semi-feudal power.

FRANCIA: PC-maoïsta de Francia; Défendre la vie du président Gonzalo, c’est défendre le maoïsme !

Défendre la vie du président Gonzalo, c’est défendre le maoïsme !

affgonzalo



Le jour du 25e anniversaire de l’arrestation du président Gonzalo du Parti Communiste du Pérou, dirigeant la Guerre Populaire Prolongée au Pérou, l’OCML-VP a décidé de publier un long communiqué présentant le président Gonzalo comme un liquidateur. Cet article est intitulé « A propos de la Guerre Populaire au Pérou, la trahison de la direction du PCP et la capitulation du Président Gonzalo », le nom annonce la couleur.

L’essence de ce communiqué est la suivante :

– Après son arrestation, le président Gonzalo aurait capitulé et collaboré avec l’ennemi plus ou moins directement pour mettre fin à la Guerre Populaire et arriver à des accords de paix.

– Le président Gonzalo est en pleine collaboration avec la Ligne Opportuniste de Droite (LOD) représentée par le MOVADEF

– La Guerre Populaire au Pérou aurait échoué à cause d’un « culte de la personnalité » autour du président Gonzalo

Nous allons voir en quoi ce communiqué, loin d’être une critique du Parti Communiste du Pérou et de son expérience, s’affiche au contraire comme une attaque complète sur toute la ligne contre le maoïsme. Ce communiqué est le résultat d’une ligne idéologique et politique fondamentalement erronée reposant sur une large déformation du maoïsme, le résultat en est que l’OCML-VP en vient à prendre position pour les lignes opportunistes de droite et de « gauche » au Pérou, une position internationale qui bien sûr se reflète dans leur pratique localement.

Critique ou attaque ?
La Guerre Populaire Prolongée (GPP) a été déclenchée au Pérou en 1980 par le Parti Communiste du Pérou dirigé par le président Gonzalo. Au moment où celle-ci a été initiée le mouvement communiste international était affaibli et en recul : en 1976 a eu lieu le coup d’État et la contre-révolution en Chine mettant fin au dernier bastion socialiste, dans les années 1980 la Guerre Populaire en Inde était affaiblie par la répression et la division géographique et organisationnelle du mouvement, aux Philippines la Guerre Populaire essuyait successivement des échecs suite à des erreurs stratégiques importantes qui seront rectifiées dans les années 90 avec la Seconde Campagne de Rectification qui réaffirme le maoïsme et la stratégie de la GPP. Ainsi le déclenchement de la Guerre Populaire au Pérou fut une initiative d’une importance majeure pour le mouvement communiste international et il fut pour cette raison immédiatement la cible de l’impérialisme qui chercha à l’écraser par tous les moyens à sa disposition.

Malgré la répression brutale et les massacres, y compris au sein des prisons comme en juin 1986, la Guerre Populaire se développa rapidement allant jusqu’à toucher la grande majorité du territoire et y compris la capitale Lima. Elle atteindra le plus haut développement qu’ait connu les Guerres Populaires après la contre-révolution de 1976 en Chine. Même après la capture du président Gonzalo en septembre 1992 et alors que celui-ci se retrouvait entre les mains de l’ennemi, la Guerre Populaire perdura tout au long des années 1990 avant de diminuer en intensité.

Lors de cette Guerre Populaire des conquêtes importantes ont été réalisées par le mouvement communiste international contre l’impérialisme. Des conquêtes qui ont notamment une importance essentielle dans la compréhension du maoïsme que nous avons aujourd’hui. Ce sont contre ces conquêtes que l’OCML-VP a rédigé son attaque contre le mouvement communiste du Pérou.

Pourquoi parlons-nous d’attaque et non de critique concernant ce communiqué ? Au sein du mouvement communiste la critique est non seulement permise mais même encouragée, le processus de critique-autocritique est indispensable pour rectifier nos erreurs et avancer. Ce qui distingue la critique de l’attaque est son caractère non constructif mais destructeur. Dans le cas de l’OCML-VP il ne s’agit pas d’une critique idéologique et politique du mouvement communiste du Pérou sur des erreurs que celui-ci aurait commis mais il s’agit de reprendre sans encombre les mensonges et les calomnies diffusés par l’ennemi et les liquidateurs pour attaquer unilatéralement le Parti Communiste du Pérou et son dirigeant, le président Gonzalo.

L’attaque de l’OCML-VP se base sur le fait que le président Gonzalo aurait trahi la Guerre Populaire en agissant comme un liquidateur après son arrestation par l’ennemi. Selon l’OCML-VP, il aurait été un liquidateur plus ou moins conscient mais dans tous les cas se prêtant au jeu que les impérialistes veulent lui faire jouer. Sur quoi se base cette allégation aussi grave, une allégation qui a toujours été rejetée par le mouvement maoïste et dont les seuls soutiens sont le gouvernement et les opportunistes de droite et de « gauche » ?

Cette théorie de Gonzalo comme liquidateur est la thèse présentée par l’État péruvien, une thèse élaborée de toute pièce par le SIN (les services secret péruviens) avec la complicité de la CIA. Voilà d’où proviennent toutes les sources de l’OCML-VP qui l’admet elle-même dans son article. Admettant elle même que les lettres des accords de paix ainsi que les « interviews » vidéos seraient fausses, comment l’OCML-VP peut-elle tout de même affirmer que le président Gonzalo aurait trahi ? Elle fait cela en prétendant que celui-ci se serait prêté au jeu, en acceptant d’être filmé par exemple ou en ne levant pas le poing lors de son dernier procès !

Ainsi l’OCML-VP détiendrait une vérité que tout le mouvement maoïste n’a pas, car elle aurait remarqué que Gonzalo n’a pas levé le poing lors de son dernier procès.

Il est évident que cela ne fait aucun sens. Le président Gonzalo est maintenu dans l’isolement le plus total depuis 25 ans, l’État péruvien essaye de le faire mourir d’une mort lente car son élimination directe n’aurait fait qu’intensifier la Guerre Populaire. Le président Gonzalo n’a jamais pu réaliser aucun entretien devant la presse internationale hormis lors de son discours de la cage du 24 septembre 1992 où il appelle à poursuivre la Guerre Populaire en affirmant que son arrestation ne constitue qu’un détour sur la route. Le président Gonzalo n’a aucun contact avec le monde extérieur.

Et justement qu’est-ce que le MOVADEF dont l’OCML-VP reprend les calomnies ? Le « Mouvement pour l’Amnistie Générale et la Réconciliation Nationale » (MOVADEF) est une organisation mise en place par la ligne opportuniste de droite (LOD). La LOD est composée d’anciens membres du PCP qui ont rejeté la Guerre Populaire Prolongée et ont appelé à déposer les armes, ce sont les liquidateurs de la Guerre Populaire. Cette LOD s’est constituée en MOVADEF grâce au travail et à l’appui du SIN. Le MOVADEF est aujourd’hui l’organisme qui a à sa tête le seul avocat en lien avec le président Gonzalo. Le MOVADEF est directement un outil monté et mis en place par les impérialistes dans leur programme de contre-insurrection.

Un an après l’arrestation du président Gonzalo en 1992. En 1993, le président du Pérou, Alberto Fujimori (aujourd’hui emprisonné pour crime contre l’humanité, responsable d’une politique génocidaire contre le mouvement révolutionnaire et notamment de la stérilisation forcée de milliers de femmes indigènes accusées de pro-créer des communistes!) présente des fausses lettres de paix attribuées à Gonzalo et peu de temps après des vidéos truquées (cela était évident pour tous les communistes et cela sera révélé plus tard par les services secrets). L’ensemble du mouvement maoïste international a mené une intense campagne pour la libération du président Gonzalo après son arrestation. Toutes les demandes de visites du président Gonzalo par des personnalités progressistes ont été rejetées.

Les seules à croire que le Président Gonzalo aurait appelé à signer des accords de paix sont des anciens dirigeants du PCP devenus des liquidateurs, les opportunistes de droite, ainsi qu’une ligne militariste, opportuniste de « gauche », qui ont exigé que Gonzalo soit relâché pour être jugé par leur soin. Ainsi l’OCML-VP reprend sans encombre à son compte des calomnies émanent directement des impérialistes et de leurs laquais locaux qui ne sont soutenus que par les opportunistes de droite et de « gauche ». Une fois de plus l’OCML-VP navigue à vue entre l’opportunisme de droite et de « gauche ».

Aucun révolutionnaire conséquent n’accorde du crédit et de l’importance à des propos d’un dirigeant révolutionnaire emprisonné, aux mains de l’ennemi et qui ne peut s’exprimer directement à son Parti. Admettre les calomnies de l’ennemi et les reprendre à son compte, c’est se faire la courroie de transmission des impérialistes dans le mouvement maoïste.

Si l’OCML-VP se couvre de honte en reprenant de telles allégations, c’est car elle sous-estime et ne comprend à aucun moment les tactiques et techniques de contre-insurrection menées par l’ennemi. L’OCML-VP a toujours envisagé la révolution dans un avenir lointain et ne s’y est par conséquent jamais préparée sérieusement, elle n’étudie pas à fond les questions de la clandestinité et de la répression en cas de Guerre Populaire. L’histoire montre pourtant à quel point l’ennemi investie massivement et se perfectionne dans la guerre psychologique et dans la contre-insurrection. Cela s’est particulièrement vue lorsque l’impérialisme français a mené une lutte acharnée contre le mouvement national algérien, c’est à ce moment là que de nombreux outils de contre-insurrection vont être développés et ensuite exportés en Amérique du Sud par des militaires français directement employés par les dictatures militaires d’Amérique du Sud. Parmi ces méthodes, l’une d’entre elle consiste à faire croire à la trahison de dirigeants pour que ceux-ci soient éliminé par le mouvement lui-même ainsi que pour démobiliser les masses.

La Guerre Populaire au Pérou représentait dans les années 80 et 90 le seul mouvement communiste à aller contre-courant dans une période de restauration totale du capitalisme et d’offensive généralisée de la bourgeoisie sur le communisme présenté comme appartenant désormais au passé. Le Parti Communiste du Pérou constituait donc une cible d’une importance toute particulière pour l’impérialisme, en particulier l’impérialisme yankee. Pour s’en apercevoir il suffit de faire quelques recherches sur le nombre impressionnant d’études réalisées par l’armée américaine et ses écoles, des organisations stratégiques américaines et les services secrets le concernant pour établir des stratégies de contre-insurrection. Beaucoup de ses études en arrivaient à la conclusion que la victoire de la Guerre Populaire au Pérou serait presque inévitable. Il a donc fallu des moyens immenses à l’État péruvien et ses services secrets grâce à la collaboration des Etats-Unis pour mettre fin brutalement à cette Guerre Populaire, d’une part par les massacres et d’autre part par une intensive guerre psychologique.

En définitif, l’OCML-VP oublie une des leçons essentielles de la lutte révolutionnaire : l’ennemi est fort tactiquement mais faible stratégiquement. Fort tactiquement car il dispose de moyens militaires immenses, d’une expertise et d’un savoir-faire brutal et perfectionné en matière de contre-insurrection et de guerre de basse intensité ; faible stratégiquement car l’ennemi n’a pas le soutien du peuple, il représente une minorité, une oppression, il est dans le camps de l’injustice et il sera donc nécessairement renversé. L’OCML-VP sous-estime et oublie entièrement la force tactique de l’ennemi et se prend à son jeu.

Aujourd’hui, nous réaffirmons, comme cela a toujours été affirmé par le mouvement maoïste international, que les dernières consignes du Président Gonzalo valables concernant la Guerre Populaire au Pérou sont celles données dans le discours de la cage, le 24 septembre 1992. Dans ce discours magistral (voir discours en intégrale sous-titré en anglais), celui-ci affirme la nécessité de continuer et d’intensifier la Guerre Populaire, il affirme que son arrestation ne constitue pas un point d’arrêt mais juste un détour sur la route.

Öcalan, Gonzalo : même combat ?

Dans son communiqué, l’OCML-VP s’aventure à comparer le président Gonzalo à Öcalan, le pilier du PKK emprisonné depuis maintenant plus de 18 ans.

Il part du postulat que tous deux seraient des capitulards et qu’on devrait donc les défendre de manière similaire.

Tout d’abord, il existe des différences fondamentales entre le président Gonzalo et Öcalan. Le président Gonzalo est un des dirigeants marxistes les plus important, la Guerre Populaire qu’il a dirigé avec le PCP au Pérou avait une valeur profondément internationale et a notamment servi d’exemple pour le déclenchement de la Guerre Populaire au Népal en 1996. D’un autre côté, Öcalan est le dirigeant du mouvement national kurde qui s’oppose à l’État réactionnaire turc, un Etat sous domination de l’impérialisme américain ; d’un point de vue de classe, Öcalan est le représentant de la bourgeoisie nationale kurde. Ce sont donc deux ennemis de valeur très différentes pour l’impérialisme.

De même et par conséquent, contrairement à l’isolement total que subit le président Gonzalo, Öcalan lui dispose de moyens de publication et communication reconnus par le mouvement national kurde.

L’OCML-VP affirme qu’un prisonnier politique même s’il devient un liquidateur et se met au service de l’ennemi, doit être défendu et que nous devons exiger sa libération. Cette position montre en tout point leur opportunisme et est à l’exact opposé de la pratique du mouvement révolutionnaire. S’il est parfaitement avéré qu’un camarade arrêté, une fois aux mains de l’ennemi se met à collaborer, à donner des informations à l’ennemi, s’il devient un liquidateur et donc un traître, le mouvement révolutionnaire n’a plus aucun devoir de le défendre. Cet individu, quelqu’ait pu être son passé dans le mouvement, tombe dans l’oubli et la seule chose que le mouvement attend de lui est sa libération pour lui infliger sa sentence pour trahison. Si nous défendons les prisonniers qui collaborent avec l’ennemi et qui liquident notre mouvement, nous encourageons alors tous les camarades arrêtés à en faire de même, cela est inacceptable.

La position révolutionnaire consiste à ne pas croire les propos d’un camarade enfermé et dans les mains de l’ennemi car il n’est pas possible d’en vérifier l’authenticité ni de savoir ce qui est subit par le camarade. Si un camarade est avéré être un traître au mouvement, celui-ci doit être jugé en conséquence par le Parti.

La position de l’OCML-VP sur les prisonniers politiques en général se retrouvent donc être complètement erronée et à l’opposé de l’expérience du mouvement communiste international.

Sur le « culte de la personnalité »

L’OCML-VP affirme qu’une des raisons principales de l’échec de la Guerre Populaire au Pérou serait la pratique d’un « culte du chef » par le PCP. L’OCML-VP aurait déjà remarqué ce problème dans un de ses documents de 1990.

Les accusations de « culte de la personnalité » contre le mouvement communiste ne sont pas nouvelles. Elles ont été utilisées aussi bien contre Lénine, Staline ou Mao. L’exemple le plus flagrant est celle faite contre Staline par Khrouchtchev lors du XXe Congrès du PCUS : cette attaque contre le soit-disant « culte de la personnalité » autour de Staline n’était qu’un prétexte pour liquider le socialisme en URSS et entamer la restauration du capitalisme.

Regardons ce que dit le président Gonzalo concernant l’accusation de « culte de la personnalité » dans L’Interview pour El Diario réalisée en 1988 :

« Khrouchtchev souleva le problème du culte de la personnalité pour combattre le camarade Staline, mais nous savons tous que ce ne fut qu’un prétexte en fait, pour combattre la dictature du prolétariat. Aujourd’hui, même Gorbatchev brandit à nouveau le culte de la personnalité comme le firent aussi les révisionnistes chinois Liou Chao-chi [Liu Shaoqi] et Teng Siao-ping [Deng Xiaoping]. Par conséquent, c’est une thèse révisionniste qui vise en essence la dictature du prolétariat et les grands dirigeants et chefs du processus révolutionnaire général dans le but de les décapiter. Dans notre cas, que viserait-elle concrètement ? Décapiter la guerre populaire. Nous n’avons pas encore de dictature du prolétariat mais un Nouveau Pouvoir qui se développe selon des normes de démocratie nouvelle ou de dictature conjointe d’ouvriers, de paysans et de progressistes. En ce qui nous concerne, cette thèse a donc pour but principal de décapiter la direction. Et la réaction et ses laquais savent très bien pourquoi ils le font : parce que ce n’est pas facile d’engendrer des chefs et un grand dirigeant. Et une guerre populaire telle qu’elle se développe dans le pays, a besoin de chefs et d’un grand dirigeant, de quelqu’un qui la représente, la dirige et d’un groupe capable de la commander inflexiblement. En résumé le culte de la personnalité est une sinistre thèse révisionniste qui n’a rien à voir avec notre conception sur les chefs, laquelle s’en tient au léninisme. »

A la lumière des propos du président Gonzalo, on comprend parfaitement le but derrière l’accusation de « culte de la personnalité » à l’encontre du président Gonzalo faite par l’OCML-VP.

L’OCML-VP affirme que la pensée gonzalo fut un des principales facteurs de l’échec de la Guerre Populaire au Pérou car celle-ci contribuerait à « dépolitiser les masses » et laisserait penser que ce sont les grands hommes qui font l’histoire. Tout d’abord voyons ce que dit le président Gonzalo lui même sur la pensée gonzalo :

« El Diario : Puisque nous parlons d’idéologie, pourquoi la Pensée Gonzalo ?

Président Gonzalo : Le marxisme nous a toujours enseigné que le problème réside dans l’application de la vérité universelle. Le Président Mao Tsétoung insistait énormément sur ce point ; si le marxisme-léninisme-maoïsme ne s’applique pas à une réalité concrète, on ne peut pas diriger une révolution, on ne peut pas transformer le vieil ordre, ni le détruire, ni en créer un nouveau. C’est l’application du marxisme-léninisme-maoïsme à la révolution péruvienne qui a engendré la pensée gonzalo, dans la lutte de classes de notre peuple, principalement du prolétariat, les luttes incessantes de la paysannerie et dans le contexte bouleversant de la révolution mondiale. C’est au milieu de tout ce fracas, en appliquant le plus fidèlement possible la vérité universelle aux conditions concrètes de notre pays, que s’est matérialisée la pensée gonzalo. Auparavant on l’appelait la pensée guide ; et si aujourd’hui le Parti a sanctionné lors du Congrès la pensée gonzalo, c’est parce qu’il s’est produit un bond dans cette pensée guide, précisément au cours du développement de la Guerre Populaire. En synthèse la pensée gonzalo n’est que l’application du marxisme-léninisme-maoïsme à notre réalité concrète ; ceci nous amène à voir qu’elle est spécifiquement capitale pour notre Parti, pour la guerre populaire et pour la révolution dans notre pays, j’insiste, spécifiquement capitale. Mais pour nous, si nous considérons l’idéologie au plan universel, le principal est le maoïsme, je le répète une fois de plus. »

Ainsi la pensée gonzalo loin d’être un quelconque « culte du chef » ou de dépolitiser les masses, s’est formé au contraire du fait de la lutte des masses et dans la lutte des masses, elle s’est formée dans le feu de la Guerre Populaire.

Affirmer que les masses auraient été dépolitisées à cause de la pensée gonzalo constitue une négation totale du haut niveau idéologique et politique des masses péruviennes durant la Guerre Populaire au Pérou, un niveau idéologique rarement atteint qui se manifestait dans tous les domaines. Le reportage traduit par la Cause du Peuple « People’s of the shining path » permet en partie d’en rendre compte. Le PCP a toujours placé au cœur de sa formation, la formation idéologique, c’est ce qu’il y avait de plus central et de plus essentiel pour les militantes et militants du PCP et les masses du Pérou.

Affirmer que la constitution d’une pensée guide s’accompagnerait d’une dépolitisation des masses est simplement anti-historique et va à l’encontre même de l’histoire du maoïsme. C’est pendant la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne en Chine que s’est affirmée plus que jamais la pensée mao tsetoung, l’OCML-VP affirmerait donc que pendant cette période les masses populaires en Chine se sont dépolitisées ? Cela n’a évidemment aucun sens, la période de la Révolution Culturelle est le moment où les masses se sont le plus politisées !

Si l’OCML-VP s’en prend avec tant de vigueur au président Gonzalo, au PCP et à la pensée gonzalo, c’est car elle en rejette fondamentalement tous les apports.

Les apports du Parti Communiste du Pérou et du Président Gonzalo

Ainsi l’OCML-VP ne s’est jamais revendiqué du marxisme-léninisme-maoïsme. Elle préfère proposer une version éclectique du « maoïsme » qu’elle nomme « marxisme-léninisme et maoïsme ». A première vue cela pourrait sembler proche : ne serait-ce qu’une différence de forme ? Un vulgaire débat sur les mots plutôt que sur le fond ?

Loin de là, malgré la proximité des appellations, le fait est que l’OCML-VP rejette des conceptions essentielles du maoïsme, ces conceptions ont notamment été affirmées par le Parti Communiste du Pérou à travers une intensive lutte de lignes sur le plan international. Ce sont des enjeux idéologiques qui ont bien sûr des implications pratiques.

Tout d’abord le PCP a affirmé que le maoïsme forme le troisième jalon du marxisme, qu’il est la troisième, nouvelle et supérieure étape du marxisme. Il s’agissait d’une démarcation nécessaire avec ceux qui ne voyaient dans la pensée Mao Zedong que quelques apports en plus par rapport au marxisme-léninisme et que cela était principalement valide pour les pays semi-coloniaux semi-féodaux mais pas les pays impérialistes. En affirmant que le maoïsme est une nouvelle étape cela signifie qu’il a développé le marxisme dans ses trois composantes essentielles : le matérialisme dialectique et historique, l’économie politique marxiste et le socialisme scientifique. Dans ces trois domaines un bond qualitatif a été effectué.

Mais l’OCML-VP ne peut reconnaître l’ensemble de ces apports du maoïsme au marxisme et c’est pour ça que jusqu’aujourd’hui elle refuse de s’identifier comme marxiste-léniniste-maoïste.

Un des apports essentiels du maoïsme que rejette l’OCML-VP est la Guerre Populaire Prolongée. Le PCP a affirmé que la Guerre Populaire est une composante essentielle et universelle – c’est-à-dire applicable partout – du maoïsme.

« La guerre populaire est la théorie militaire du prolétariat international dans laquelle, pour la première fois, se résume de façon systématisée et complète l’expérience théorique et pratique des luttes, des actions militaires et des guerres que le prolétariat a livré, la longue expérience de la lutte armée populaire et spécialement des guerres paysannes de la Chine. C’est avec le Président Mao que la classe sera dotée de sa propre théorie militaire; pourtant il règne à ce sujet une grande confusion et beaucoup d’incompréhension. Cette incompréhension commence par la vision que l’on a de la guerre populaire en Chine; en général on la considère comme étant réduite et, dédaigneusement comme une simple guerre de guérillas. Cela révèle déjà l’incompréhension de fait, qu’avec le Président Mao, la guerre de guérillas acquiert un caractère stratégique. De plus, on ne comprend pas le développement de la guerre de guérillas et comment, à partir de sa fluidité essentielle, elle développe sa mobilité, devient guerre de mouvement, de positions, développant de vastes plans d’offensive stratégique, conquérant des villes petites, moyennes et grandes avec des millions d’habitants, combinant l’attaque du dehors avec l’insurrection à l’intérieur. En conclusion, les quatre étapes de la révolution chinoise et principalement à partir de la guerre agraire à la guerre de libération populaire, en tenant compte qu’entre les deux il y eut la guerre anti-japonaise, nous montrent les diverses facettes et la complexité de la guerre révolutionnaire qui se livra durant vingt années au sein d’une population gigantesque et d’une immense mobilisation et participation des masses. Dans cette guerre on trouve des exemples de tout genre et, le principal, c’est que ses principes, ses lois, ses stratégies, ses normes etc. ont été étudiés à fond et magistralement établis. C’est donc dans ce creuset fabuleux et sur la base de ce que le marxisme-léninisme avait établi, que le Président Mao élabora la théorie militaire du prolétariat, la guerre populaire.

[…]

L’une des questions clé et décisive est celle de la compréhension de la validité universelle de la guerre populaire et de son application conséquente, en tenant compte des différents types de révolution et des conditions spécifiques de chacune d’entre elles. A propos de cette question clé il est intéressant de constater qu’une insurrection comme celle de Pétrograd, la résistance anti-fasciste et les guérillas européennes de la IIème Guerre mondiale ne se sont pas répétées, ni les luttes armées qui se livrent en Europe actuellement. Il faut aussi considérer que la Révolution d’Octobre ne fut pas seulement une insurrection, mais une guerre révolutionnaire qui dura plusieurs années. Par conséquent, dans les pays impérialistes la révolution ne peut se concevoir que comme guerre révolutionnaire et celle-ci, actuellement, est simplement une guerre populaire. »

Sur le marxisme-léninisme-maoïsme, Parti Communiste du Pérou, 1988

Pour plus de détail sur les apports du PCP dans l’affirmation du maoïsme nous vous renvoyons à la déclaration internationale faite pour le 30e anniversaire de la Journée de l’Héroïsme récemment traduite en français.

On comprend donc que ce n’est pas pour rien que l’OCML-VP reprend les calomnies des réactionnaires contre le président Gonzalo et le PCP à son compte. Derrière cette attaque contre le président Gonzalo et le PCP, il s’agit en fait bien d’une attaque même contre le maoïsme et tout ce que le PCP a pu faire pour synthétiser, défendre et appliquer le maoïsme. Il s’agit d’un rejet affirmé du marxisme-léninisme-maoïsme, de la Guerre Populaire Prolongée, fait non au moyen de la lutte idéologique mais de la manière la plus lâche en reprenant les larges mensonges diffusés par l’ennemi. Il s’agit évidemment d’une pratique profondément opposée à l’essence même du marxisme et qui devrait révolter tout révolutionnaire.

A celles et ceux qui avaient encore quelques doutes sur la nature de l’OCML-VP, la lecture de leur communiqué devrait balayer ces doutes définitivement !

Défendre, appliquer et développer le maoïsme !

Combattre le révisionnisme et l’opportunisme !

Défendons la vie du Président Gonzalo !
 
 senderista-logo

jueves, 19 de octubre de 2017

INDIA: Movilización contra la represión al estudiantado. Imagenes.

State wide protests against the illegal arrests of student leaders Tvv Mahesh.




Honor i Glória, Bolxevics !

RBC: Solidaridad con el pueblo catalán !Viva el internacionalismo proletario!


Los últimos acontecimientos en Cataluña, a saber, la Marcha sobre Barcelona del pasado 8 de octubre
y los recentísimos encarcelamientos de Jordi Sánchez y Jordi Cuixart, dirigentes populares catalanes, ponen aún más a las claras, si cabe, la aceleración de la deriva autoritaria y fascista en que se ha embarcado el régimen del 78 tras el referéndum de 1 de octubre. El envío a prisión por la Audiencia Nacional, órgano judicial heredero del Tribunal de Orden Público franquista, de Jordi Sánchez y Jordi Cuixart es el ejemplo más candente de que el Estado monárquico-fascista español ni respetará la voluntad democrática del pueblo catalán de constituirse en República, ni tolerará pacíficamente la de las clases explotadas de liquidar la abyección borbónica impuesta por la dictadura fascista en julio de 1969.

La suspensión de la autonomía catalana sobre la base del artículo 155 de la Constitución del 78 puede ser un hecho en breves horas. Ante esta situación previsible, la tarea de todos los comunistas del Estado y de todas las fuerzas auténticamente democráticas es responder, soslayando cualesquiera divergencias podamos mantener, con una gran ola unitaria de solidaridad con el pueblo catalán y nuestros hermanos de clase de la futura República catalana. Por ello, la Red de Blogs Comunistas (RBC) expresa públicamente su rechazo a la represión desatada por un régimen cuya legitimidad se ha extinguido ya en Cataluña y cuya existencia en el resto del Estado sólo pretende perpetuar los privilegios, corrupción y despotismo de los herederos ideológicos y de clase de los fascistas del 36.

Nuestro deber, como comunistas, es defender el derecho a la autodeterminación de los pueblos, como nos enseña el gran Lenin. En consecuencia, apoyamos al pueblo catalán en su justa lucha por construir la República catalana, a la vez que abogamos por el pleno protagonismo y la firme dirección de las clases trabajadoras en el seno de dicha lucha, única garantía de una nueva sociedad libre de opresión y explotación.

¡Ni un apoyo al régimen del 78 y a los partidos dinásticos en las filas de la clase obrera española!

¡Toda la solidaridad de la clase obrera española con Cataluña!

¡Visca Catalunya Lliure!

¡Viva el internacionalismo proletario!

miércoles, 18 de octubre de 2017

GALIZA: Atacan a residencia do presidente da Xunta en Monte Pio.

ARGENTINA: Crimen policial; aparece asesinado Santiago Maldonado en el Río Chubut




correovermello-noticias
Buenos Aires, 18.10.17
El cadáver del artesano Santiago Maldonado que fue arrestado por la policía y cuya desaparición ha sido denunciada por mas de 79 días, ha aparecido en las aguas del río ChubuT a poco mas de 300 m. de donde fue arrestado.
El cuerpo se encuentra actualmente en la morgue de la localidad de Esquel a la espera de ser trasladado a Buenos Aires, según informa medios de prensa.

PERÚ: Docentes inician huelga de hambre en Ferreñafe, Lambayeque.

Docentes inician huelga de hambre en Ferreñafe
Objetivo. Buscan lograr el pago de la deuda social y capacitación de docentes.


17 Oct 2017 | La Republica.

Huelga. Docentes esperan lograr sus objetivos.


Solange Vásquez / Redacción LR
Chiclayo

Un grupo de dirigentes del Sindicato Unitario de Trabajadores en la Educación del Perú (Sutep) inició ayer una huelga de hambre en la Casa del Maestro de la provincia de Ferreñafe, exigiendo el pago de la deuda social que bordea los 52 millones de soles y que debe beneficiar a cuatro mil maestros de Lambayeque.

El dirigente regional, Víctor Rivadeneira, explicó que buscan gestionar una reunión con el gobierno regional y la Gerencia de Educación para el pago de la deuda. Sin embargo, las autoridades han manifestado en reiteradas oportunidades que esta deuda es impagable y es un problema que se arrastra desde hace varios años.

“La huelga es promovida solo por los dirigentes del comité regional, ya que el resto del magisterio no puede sumarse porque puede ser pasible de procesos administrativos”, dijo a la vez que precisó que la medida de lucha también es por los abusos en que incurre el gobierno nacional con los docentes, como los descuentos por acatar la huelga nacional pasada y despidos arbitrarios.

Rivadeneira calificó al Gobierno central de indolente, ya que las capacitaciones a los profesores de educación inicial no se realizan hasta la fecha, pues lo único que habido son algunos diálogos. Y dijo que con el actual ministro de Educación habrán más problemas y abusos contra los maestros.

Por otro lado, sostuvo que los profesores muestran estados de ansiedad y estrés ante la amenaza de ser despedidos, debido a que son siendo monitoreados por personal no calificado durante las clases, existiendo el temor de que sean desaprobados y sacados del magisterio.

Presos políticos. Un articulo del camarada M. Alonso.





Presos políticos.
Miguel Alonso.

La detección de los máxismos dirigentes de la Asamblea Nacional Catalana y del Ómnium Cultural conocidos como “los Jordis” ha puesto en evidencia un hecho del que no suelen hablar los mass-media de la democracia burguesa; los presos políticos.

El estado burgués, sea su forma que adopte, siempre tiene presos políticos, esto es, personas que son condenadas por cuestionar de forma radical las leyes y márgenes de la opresión burguesa.

Los hubo en la antigua monarquía, en la Republica y más aun en el franquismo y en su heredera la constitución monárquica del 78.

Cientos de presos políticos de organizaciones revolucionarias comunistas, anarquistas o independentistas han poblado y pueblan las cárceles del Estado español todos estos años y sus luchas, huelgas de hambre, denuncias de torturas, etc. no han sido objeto de la atención de los mass-media o los han demonizado, como a los presos de la ETA o el GRAPO con la complicidad de los partidos del régimen PP, PSOE, IU (revisionistas) Podemos, PNV, BNG, etc.

Los comunistas sabemos que las cárceles son trincheras de combate luminosas en el que proseguir el combate contra la dictadura de la burguesía. Pero la defensa de estos presos políticos o de guerra es una de nuestras señas de identidad. “Ellos están allí por lo que han hecho bien, no es un delito” afirmaba una de las lucidas abuelas de la Plaza de Mayo en una conferencia a la que asistí.

Esto ocurre hoy con los Jordis. No han cometido ningún delito, solo defender los derechos del pueblo catalán a un estado independiente y la celebración de un referéndum acordado por la mayoría del Parlament.

Hoy nadie puede ocultar que el Estado español encarcela a todos y todas que osen rebelarse contra su dominio y opresión.

Hoy nadie puede negar que hay presos políticos, excepto El País, claro.

¡Libertad inmediata de Jordi Sánchez y Jordi Cuixart y demas presos y presas politicas revolucionarias del estado y en el mundo!

Nota; Los camaradas me han sugerido que debia de pedir tambien libertad para todos los presos politicos y como estoy de acuerdo lo incluyo.

GALIZA: A CIG cualifica de “atentado á democracia” o encarceramento de Cuixart (Omnium) e Sánchez (ANC)

 

A CIG cualifica de “atentado á democracia” o encarceramento de Cuixart (Omnium) e Sánchez (ANC).

Exixe a liberación dos presos políticos cataláns

     

    A Executiva Confederal da CIG, ante a decisión de onte, 16 de outubro, da Audiencia Nacional de enviar á cadea a Jordi Cuixart (presidente de Òmnium Cultural) e Jordi Sánchez (presidente Assemblea Nacional Catalana), quere manifestar o seu rexeitamento máis absoluto deste despropósito xudicial, un auténtico atentado á democracia máis propio de estados ditatoriais que de estados, como o español, que se di de dereito e respectuoso cos valores da democracia.
    Tampouco se pode esquecer -e denunciar- que esta decisión xudicial do órgano sucesor do franquista Tribunal de Orde Pública (de infausto recordo) responde a motivacións políticas, auspiciadas polos poderes do Estado, e nomeadamente polo Goberno do PP, na súa cruzada contra o proceso soberanista iniciado polo pobo catalán e as súas institucións. Unha cruzada que non entende máis que de represión á hora de respetar o dereito a decidir de Catalunya, mesmo traspasando todos os límites do democraticamente tolerábel, como se demostrou o pasado 1 de outubro, cando se quixo reprimir violentamente o dereito dos cidadáns e cidadás de Catalunya a votar en referendo a súa constitución ou non nun estado propio en forma de república.
    Así mesmo, e nestes momentos especialmente duros para o soberanismo catalán, pola actuación represiva de todos os poderes do Estado, máis unha vez desde a CIG queremos transmitir toda a solidariedade de clase ao pobo de Catalunya, conscientes de que máis cedo que tarde a independencia chegará e a República catalá será unha realidade no concerto dos pobos e nacións do mundo.

    Llibertat Sánchez i Cuixart!

    Visca la terra lliure!

    Avante a loita dos pobos pola súa liberación nacional e social!

    INDIA: Release G.N. Saibaba Immediately !