martes, 21 de mayo de 2019

TUNEZ / ITALIA: Declaración conjunta de organizaciones m-l-m.

International declaration
 
Workers and peoples of all countries unite! 
 
On April the 30th, the highest representatives of Italian imperialism and the Tunisian comprador bourgeoisie ones met in Tunis at an inter-governmental meeting after which they announced that they had signed as many as 7 agreements. It was since 2012 there has been no similar meeting between the governments of the two countries, meanwhile from 2017 Italy has become the first trading partner of Tunisia with a clearly favorable inter-trade exchange for the imperialist country of the northern Mediterranean.
Once again the two governments agree about fighting the immigration of our brothers and sisters who from various nations (including Tunisia itself) depart from Tunisia to Italy and Europe escaping from the wars provoked by the imperialist countries Europeans including Italy and the misery produced by the world imperialist system in which the regimes of African countries are accomplices, also caused by unequal economic agreements of the neo-colonial type like these. Just 10 days after the signing of this agreement, a massacre of migrants took place once again near Sfax, in which more than 70 people died, mainly Bangladeshis but also Moroccans, Egyptians and Sub-Saharan Africans. The blood of these migrants once again stains the hands of the rulers of the northern and southern Mediterranean shores governments and cries out for vengeance!
The other main points of these agreements also provide for a greater Italian control over the Tunisian electricity energy sector with an investment of over € 50 million for the construction of a fiber optic cable between Sicily and Cap Bon. The consequence will be a greater energy dependence of Tunisia on the foreign power, a further increase in the price of electricity for the Tunisian people and an increase in the Tunisian foreign debt to Italy, which will weigh on the shoulders of the Tunisian people.
Another important point is the conversion of € 25 million of Tunisian foreign debt towards Italy as a "gift" to finance the "administrative decentralization" in Tunisia or for local public administrations. In concrete terms, this sum will be spent at Italian companies from which all the goods and services necessary for the price decided by the Italian companies will be purchased. Tunisia will not be free to choose to spend this money on cheaper suppliers like national companies. A real fraud in favor of the Italian economy and to the detriment of the Tunisian economy of which the Tunisian government is complicit.
The Tunisian government once again shows how it is servile towards Italian imperialism in its interests in Libya, where the Italian-flag oil company, Eni has enormous interests as well as in Tunisia. Another point of the agreement was in fact Tunisia's support for Italy's aspirations in Libya.
The Tunisian government has signed all of these agreements in exchange for the vague promise of greater shares of Italian tourists in Tunisia and the importation of olive oil. A barter that is played on the skin of the Tunisian people, of the Libyan people and of the migrants who cross both Tunisia and the Libyan chaos where they are continually harassed, enslaved, raped and killed and, when they try the sea route they often find themselves hunted down. by Libyan and Tunisian patrol boats often supplied by Italy and other imperialist countries.
The marxist-leninist-maoist Communist parties of Italy and Tunisia therefore appeal to the Italian proletariat and the Tunisian people to organize and join migrants in their respective countries in the struggle against both governments, the Italian imperialist bourgeoisie’ s one and the Tunisian comprador bourgeoisie’s one and in this sense:
We salute the latest protests in the Italian squares against the fascist Leaue party leader Salvini and the populist Di Maio, the workers in Italy of any nationality must organize themselves against the Italian masters against the continuous attack on the rights of workers and against the attempt to divide the working class between Italian and immigrants with the aim of weakening the working class itself, with the closure of companies and the delocalization in countries like Tunisia, the attack on wages and the blackmail of social control through the "citizenship income" of the Di Maio / Salvini government. The joint declaration of Maoist parties and organizations on the occasion of the first of May signed by us states: "In the imperialist countries, while proletarian and popular struggles are increasing, like in France, advances the populist-beam demagogy and the use of the great migratory waves provoked by imperialism to direct the anger of the masses not towards the domination of the bourgeois forces in power but towards migrants creating a war between the poor ".
We salute the struggles of the Tunisian people and in particular those of the peasant women on strike in Sidi Bouzid after another massacre at work and against the Aleca (the In-depth Free Trade Agreement with the EU) both struggles characterized the May Day in Tunisia.
We salute the protest of the immigrants of the sub-Saharan peoples in Tunisia this May in Tunis to obtain their rights and we support the freedom of movement of migrants and the right to asylum in Tunisia.
We call on the Italian workers and the Tunisian people to unite in this battle against the common enemy: Italian imperialism and Tunisian reactionary regime.
"This battle has to be conducted in each country requires in the current international context an international vision, an international link, a common battle at the international level of the proletarians and oppressed peoples". From the joint declaration of the Maoist parties and organizations on the occasion of the 1st of May 2019.
15/05/2019

maoist Communist Party - Italy
New Communist Party (under foundation), Tunisia
Party of Elkadehines, Tunisia



ECUADOR: FDLP; ¡VIVA EL 39 ANIVERSARIO DEL INICIO DE LA LUCHA ARMADA EN EL PERÚ!

 
 
¡VIVA EL 39 ANIVERSARIO DEL INICIO DE LA LUCHA ARMADA EN EL PERÚ!
 
El 17 de mayo,los comunistas y pueblos oprimidos del mundo celebramos un aniversario más del Inicio de la Lucha Armada en el Perú (17 de mayo de 1980).

Este acierto histórico del Partido Comunista del Perú, de su jefatura, el presidente Gonzalo, marcó un punto de inflexión en la aplicación creadora del marxismo-leninismo-pensamiento Mao Tse tung y que devino en un aporte al proletariado internacional como marxismo-leninismo-maoísmo, pensamiento Gonzalo.

La guerra popular en el Perú se convirtió no solo en un instrumento válido y único para desatar la revolución de Nueva Democracia y la conquista del poder, sino que también fue un arma poderosa para combatir al revisionismo de nuevo tipo y dar paso a una nueva ola de la revolución proletaria mundial.

Si bien es cierto la guerra popular tiene leyes que rigen sudesarrollo, los comunistas y pueblo del Ecuador, hemos entendido que dar inicio a la lucha armada y desarrollar la guerra popular hasta el comunismo, no puede ni debe ser copia calco de las condiciones en las que se presentó en el Perú, sino que debe estar sujeta del movimiento y condiciones históricas por las que atraviesa cada sociedad. La correcta caracterización de ésta, los niveles de construcción de los tres instrumentos indispensables para la revolución (Construcción concéntrica y simultánea del Partido, Frente y Ejército popular, siendo centro el Partido) en el qué hacer mismo de la violencia revolucionaria, entre otros, serán factores que determinen la peculiaridad de cómo, en qué condiciones y sobre qué valoraciones tácticas debe desatarse la gran tormenta armada de obreros, campesinos y demás masas explotadas.

Nunca dudaremos de que la guerra popular en el Perú fue, es y seguirá siendo faro de las guerras populares en el mundo,pero será la acción creadora de la clase, los requerimientos de ésta y de sus aliados las que señalarán las líneas de acción para emprender con la construcción del nuevo poder sobre la única base posible: la violenta, sistemática y simultánea destrucción del viejo poder burgués-terrateniente.

Hoy, al conmemorar el 39 aniversario de este hito histórico, el inicio de la lucha armada en el Perú, nuestro más ferviente, internacionalista y combativo  saludo al Partido Comunista del Perú, al presidente Gonzalo, jefe de la revolución en el Perú, al Comité Central, a sus combatientes, a los prisioneros de guerra, al proletariado, campesinado pobre y demás masas explotas del Perú que pese a las dificultades aún siguen boyantes y victoriosos en el desarrollo de la guerra popular hasta el comunismo.

¡VIVA LA GUERRA POPULAR EN EL PERÚ!
¡VIVA EL PENSAMIENTO GONZALO!; ¡VIVA EL PRESIDENTE GONZALO!
¡VIVA LA GUERRA POPULAR EN EL PERÚ, INDIA, FILIPINAS Y TURQUÍA!

lunes, 20 de mayo de 2019

INDIA: Contundentes acciones de los maoístas en el bandh en Gadchiroli, Maharashtra.

 

correovermello-noticias
New Delhi, 20.05.19
La prensa india informa de importantes acciones del Ejercito Guerrillero Popular de Liberación, durante la jornada de huelga general de ayer, en el distrito de Gadchiroli. 
El bandh, había sido llamado para protestar por los asesinatos de "falso encuentro" de su miembro del Comité Divisional (DVCM) Ramko Narote y el cuadro Shilpa Dhurva el 27 de abril en Gundurwahi por comandos del C-60.
Los maoístas destruyeron dos almacenes de madera y otros equipos, en ataques que han paralizado totalmente la actividad en el distrito. Así mismo se informa, que en un claro desafio a los cuerpos represivos colocaron, en la madrugada, pancartas rojas llamando al bandh, a poca distancia del cuartel policial de Purada.
Los maoístas bloquearon la carretera entre Karamphata y Gurupalli en Etapalli taluka (subdivisión de ingresos) atando una pancarta a través de la carretera y también colocaron árboles derribados en la carretera. Un lado de la pancarta estaba atado a un vehículo que los maoístas habían incendiado algunos días atrás. También se observaron pancartas maoístas en lugares en Bhamragarh taluka, incluso en Kospundi phata cerca de Tadgaon, el río Parlakota y otros lugares. Los mercados en diferentes lugares taluka como Korchi en el norte y sur Etapalli, Alapalli y Bhamragarh permanecieron cerrados. Así mismo, se reportan enfrentamientos armados.
También hoy, la agencia PTI informa, que dos miembros de la Special Auxiliary Police (SAP) resultaron heridos en una emboscada del maoísta EGPL, en el distrito de Ranchi, Jharkhand.

BRASIL: Estudiantes hacen correr a miembros del ejercito genocida en la huelga nacional de la enseñanza. ADN.



Quarto vídeo produzido pelo AND com imagens da manifestação da Greve Nacional da Educação, que levou aproximadamente 300 mil pessoas às ruas do Centro do Rio de Janeiro.
Em determinado momento, quando a manifestação já havia chegado na Central do Brasil, teve início um confronto com a Polícia Militar, que lançou bombas de efeito moral contra a multidão. A juventude se manteve na linha de frente e enfrentou a polícia com pedras e fogos de artifício.
Os manifestantes ainda realizaram uma combativa ação jogando tinta vermelha no Pantheon de Caxias, no Comando Militar do Leste do Exército reacionário. Fogos de artifício foram lançados contra os militares. Além disso, uma pichação foi feita: ‘80 tiros exército assassino!’.
O Pantheon de Caxias é um mausoléu que foi inaugurado em 1949 em comemoração aos 150 anos de nascimento do genocida Duque de Caxias, que teve seu corpo trasladado para lá com grande solenidade. Este Pantheon simboliza o que há mais sanguinário na história do Brasil e foi desmoralizado pela juventude combatente, que rechaçou categoricamente o assassinato do músico Evaldo Rosa por militares do Exército na Zona Norte da cidade.

ITALIA: Pesar por el fallecimiento del artista y escritor comunista Nanni Balestrini.

 

 
correovermello-noticias
Roma, 20.05.19
Se ha conocido hoy el fallecimiento, a los 83 años, del escritor y artista Nanni Balestrini.
Activo miembro de la extrema izquierda comunista, fue co-fundador de Potere Operario organización revolucionaria activa en los años 60 y 70.
Exiliado en Francia y Alemania, fue un prolífico escritor, poeta y artista gráfico, cuya temática fue la denuncia de las condiciones de vida de la clase obrera, del sistema capitalista y de sus lacras . Considerado como miembro de los escritores de vanguardia de Grupo 63, del que fue editor. También colaboro con la Editorial Feltrinelli, de cuyo propietario era amigo personal.
Fue un hombre comprometido y honesto. Los camaradas del PC maoísta de Italia le dedican hoy un recuerdo a su figura.

FRANCIA: PC maoïste, Les communistes sur l’Union Européenne

Les communistes sur l’Union Européenne

Les communistes sur l’Union Européenne

Les élections européennes arrivent dans moins de 10 jours désormais. Dans les médias, les éditorialistes et journalistes tentent désespérément de rendre cette élection importante et passent beaucoup de temps à en parler. La propagande électorale se multiplie, ainsi que les affiches de boycott dans plusieurs villes. Car, dans la rue, sur les lieux de travail et dans les endroits où l’on lutte, comme dans les écoles ou les hôpitaux ce mois de Mai, on parle peu d’élections, peu de vote. On parle de la qualité de vie qui baisse, du pouvoir d’achat, de tous les services que l’État liquide pour respecter les plans de Macron…
L’abstention attendue est record et dans les masses, nos frères et sœurs de classe comprennent très largement que ces élections sont de la poudre aux yeux. Mais malgré tout ça, nous devons analyser l’Union Européenne correctement, en communistes. Pour pouvoir combattre nos ennemis, il faut les connaître. C’est pour cela qu’il faut savoir d’où vient l’Union Européenne, quelle est sa nature, comment résister contre elle et ce que nous souhaitons pour les masses populaires des pays de l’Union Européenne. Dans cet article, nous développerons donc la position des communistes d’aujourd’hui, des marxistes-léninistes-maoïstes, sur l’Union Européenne.

L’origine du projet d’alliance impérialiste en Europe

L’idée d’une union des pays d’Europe n’est pas récente. Depuis l’émergence de la force de classe bourgeoise au pouvoir dans les révolutions bourgeoises, notamment au tournant des années 1800, l’extension du capitalisme partout sur le continent et dans le monde a fait naître l’idée des « États-Unis d’Europe ». Cette idée n’a alors rien de concret, car la bourgeoisie est en pleine expansion à cette époque du capitalisme, le capitalisme de libre-entreprise, et lutte partout pour étendre son influence sur ses voisins. C’est à cette époque là que l’unité nationale de nombreux pays d’Europe s’accomplit (Italie, Allemagne) ou que les mouvements nationaux émergent contre les États qui les oppriment.
Mais le moment le plus important pour comprendre les Etats-Unis d’Europe, c’est le passage du capitalisme au stade de l’impérialisme, entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle. A ce moment là, les pays impérialistes européens se sont taillés des empires coloniaux en Afrique et en Asie dont ils ont convenu à la Conférence de Berlin de 1884. De son côté, l’impérialisme américain entre en lutte avec les différents pays impérialistes d’Europe en appliquant la « doctrine Monroe », qui lui garantit la mainmise sur le continent américain. C’est une des caractéristiques de l’impérialisme : la division complète du monde entre les différentes puissances impérialistes qui entrent désormais en lutte, principalement, et en collusion, secondairement, pour s’assurer la meilleure place lors du repartage du monde. Ce repartage arrive inévitablement par les guerres dans les colonies et semi-colonies (USA contre les Espagnols à Cuba, Guam et aux Philippines en 1898, ou encore la crise de Tanger en 1905 entre l’État français et le Reich allemand), et la guerre mondiale (1914-1918). Aujourd’hui, les interventions américaines en Irak et Afghanistan, françaises au Mali ou en Centrafrique, ou les menaces d’intervention au Venezuela, font toutes partie de cette dynamique.
Que peut-être alors le projet des « Etats-Unis d’Europe » s’il est mené par les impérialistes ? Lénine répond à cette question en 1915 d’une manière qui préfigure l’Union Européenne contemporaine :
« Ainsi est organisée, à l’époque du développement supérieur du capitalisme, la spoliation par une poignée de grandes puissances, de près d’un milliard d’habitants du globe. Et en régime capitaliste, toute autre organisation est impossible. Renoncer aux colonies, aux « zones d’influence », à l’exportation des capitaux ? Y songer serait descendre au niveau d’un petit pope qui, tous les dimanches, prêche aux riches la grandeur du christianisme et leur recommande de donner aux pauvres… sinon quelques milliards, du moins quelques centaines de roubles par an.
Les Etats-Unis d’Europe, en régime capitaliste, seraient comme une entente pour le partage des colonies. Or en régime capitaliste le partage ne peut avoir d’autre base, d’autre principe que la force. Le milliardaire ne peut partager le « revenu national » du pays capitaliste avec qui que ce soit, autrement que « en proportion du capital » (avec encore cette addition que le plus gros capital recevra plus qu’il ne lui revient). »
Ce qu’annonce Lénine, c’est que les « Etats-Unis d’Europe » des capitalistes, ce que l’on appelle aujourd’hui l’Union Européenne, ne peuvent être qu’une alliance d’impérialistes, un cartel de dirigeants de la bourgeoisie financière, qui organise la lutte et la collusion entre les puissances impérialistes qui la compose, contre les masses populaires et les pays opprimés qui sont sous son emprise.

Une alliance menée par les impérialistes

Le projet d’une alliance impérialiste en Europe est revenu à l’ordre du jour après la grande victoire contre le fascisme dans la deuxième guerre mondiale. Les pays impérialistes européens sortent de cette guerre avec une position beaucoup plus faible qu’auparavant : l’impérialisme américain s’est renforcé pendant la guerre et a pris la position relative la plus importante par rapport aux vieilles puissances impérialistes, et le camp de la révolution socialiste s’étend désormais au monde entier après avoir combattu avec succès les puissances fascistes.
Les raisons pour que les impérialistes des pays européens se tournent vers une alliance impérialiste sont donc doubles : d’un côté ils luttent contre le communisme et la révolution dans leur propre pays et à leurs frontières en s’alliant, de l’autre ils sauvegardent leurs propres intérêts impérialistes malgré leur perte de vitesse relative avec l’intensification de la crise de l’impérialisme et les luttes nationales et sociales qui grondent dans leurs colonies (comme en Algérie et Indochine pour l’État français) et semi-colonies.
Dans le déclenchement de la guerre froide, ce sont donc les impérialistes des pays européens qui avancent l’idée d’une Union Européenne. Le projet qui émerge en 1957 dans le Traité de Rome et qui deviendra l’Union Européenne d’aujourd’hui ne réunit que des pays impérialistes : France, RFA, Luxembourg, Italie, Pays-Bas, Belgique. C’est une preuve concrète que l’Union Européenne que l’on voit en 2019 est un projet qui a à sa tête les impérialistes en lutte et collusion des différents pays impérialistes européens. La lutte et la collusion sont particulièrement importantes entre les deux plus grandes puissances économiques de cette alliance impérialiste, l’État français et l’État allemand. L’Union Européenne a donc été taillée par les impérialistes pour répondre à leurs propres intérêts.
Mais comme toute alliance impérialiste, elle n’est qu’un rapport de force entre « partenaires » qui ne s’entendent que lorsqu’ils peuvent défendre leurs propres intérêts. Ainsi par exemple, le Royaume-Uni, qui profite d’un impérialisme fort hors d’Europe avec son « Commonwealth » (c’est-à-dire ses anciennes colonies devenues pour beaucoup d’entre elles ses semi-colonies) a toujours eu une position ambivalente à l’égard de l’Union Européenne. Lorsque les intérêts impérialistes britanniques pouvaient être défendus en avançant dans l’UE, ils la toléraient. C’était le cas lors des élargissements successifs de l’UE, qui garantissaient des nouveaux marchés. C’était notamment le cas sous le Premier Ministre Tony Blair (1997-2007), après la chute des révisionnistes du Bloc de l’Est, qui a pu être investi massivement par de nouveaux impérialistes. Mais aujourd’hui, avec l’intensification de la crise impérialiste et la lutte accrue entre les soi-disant « partenaires européens » (c’est-à-dire principalement avec l’État français et l’État allemand), les intérêts particuliers des impérialistes britanniques étaient contestés. C’est cette dynamique de lutte, de « bras de fer » entre impérialistes, qui a conduit au Brexit, sur lequel la bourgeoisie impérialiste britannique se déchire toujours, prise au sein de cette contradiction inter-impérialiste.

La résistance des masses contre l’alliance impérialiste

Mais pour les communistes, une question est principale : quel est l’effet de l’alliance impérialiste qu’est l’Union Européenne sur les masses populaires aujourd’hui ?
Comme on peut s’y attendre, l’alliance des impérialistes profite aux pays impérialistes face aux pays opprimés, aux bourgeoisies impérialistes face au prolétariat, et enfin aux impérialismes les plus forts face aux impérialismes les plus faibles.
C’est pour ces raisons que lors du dernier sursaut généralisé de la crise impérialiste, en 2008, de nombreux pays opprimés d’Europe ont pris de plein fouet l’oppression économique accrue des impérialistes qui pesaient sur leurs épaules.
L’exemple le plus flagrant de cette dynamique est la Grèce. La « crise de la dette » que traverse le pays depuis 2010, a vu la soumission de l’économie grecque aux puissances impérialistes qui mènent l’Union Européenne (principalement l’État français et l’État allemand à travers les institutions européennes et le FMI). Dans cette crise, les impérialistes ont mis en coupe réglée l’économie grecque, et renforcé encore leur domination sur le pays et les masses populaires grecques.
Pour « résoudre » la dette, quelle a été la solution des impérialistes ? Ordonner au gouvernement collaborateur et traître de Syriza d’augmenter les impôts qui pèsent sur les masses populaires. Ainsi, en 2015 les impôts sur les plus pauvres avaient déjà grimpé de 337 % alors que la crise persistait. Le capital bureaucratique grec a été liquidé, mis en vente aux impérialistes les plus offrants : 14 aéroports sont revenus à une entreprise allemande, le port de Thessalonique à un consortium franco-germano-greco-chinois, une entreprise de gaz publique a été privatisée au profit de capital italien, espagnol et belge.
On peut aussi prendre l’exemple de la Hongrie ou de la Pologne, dont les gouvernements collabos défendent ouvertement la situation qui conduit de nombreuses et nombreux ouvrières et ouvriers à s’exiler ailleurs dans l’Union Européenne pour pouvoir trouver un travail. Ils utilisent cette situation car elle sert leurs intérêts de bourgeois en garantissant une croissance économique que leurs économies mises en coupe réglée par les impérialistes ne peuvent pas assurer d’elles-mêmes.
Là où il y a oppression, il y a résistance ! C’est pour ça qu’à travers les pays qui composent l’Union Européenne, les masses luttent. En Grèce notamment, malgré la trahison du gouvernement, dans les manifestations anti-austérité les symboles des impérialistes sont attaqués, et le drapeau de l’UE est brûlé, aux côtés de ceux des impérialistes qui imposent leur volonté sur le pays. On trouve en Grèce souvent à l’avant de ces actions des groupes ouvriers et syndicaux qui expriment leur ras-le-bol.
La lutte pour la destruction de l’UE n’est aujourd’hui pas encore dirigée par les Partis Communistes, quartiers généraux du prolétariat. La conséquence de cette situation, c’est qu’elle est souvent spontanée ou reprise par les forces de classe bourgeoises les plus ouvertement réactionnaires. Ces forces ne luttent pas contre l’impérialisme et ses effets destructeurs, mais pour que leur propre impérialisme prenne le dessus sur les autres qui composent actuellement l’Union Européenne, dans ou hors de cette alliance impérialiste. Cela explique par exemple la position changeante du Rassemblement National sur la question de l’UE. Les organisations qui se vautrent dans le chauvinisme en suivant ces forces de classe réactionnaires et parfois fascistes suivent une voie liquidationniste. Au lieu de construire les instruments dont ont besoin les masses populaires pour détruire le système impérialiste, c’est-à-dire détruire aussi les alliances impérialistes comme l’UE, ils abandonnent la lutte à la bourgeoisie et la suivent sur tous les points.

Détruisons les alliances impérialistes !

Le rôle historique du prolétariat, classe internationale, est de mettre à bas le capitalisme et la division de la société en classe. Cela passe nécessairement par porter des coups décisifs aux alliances de nos ennemis, les impérialistes. L’Union Européenne fait partie de ces alliances, et il n’y a pas de changement possible de l’intérieur. Le programme des communistes est donc sa destruction. C’est pour cette raison par exemple que nous participons et encourageons la campagne de boycott européen des élections à venir, soutenue par des organisations communistes d’Europe et du monde.
Mais de la même manière que Lénine l’annonçait, la lutte contre les « Etats-Unis d’Europe » des capitalistes est une lutte à mener avec nos propres mots d’ordres, communistes. Ainsi, Marx et Engels exprimaient le juste slogan du prolétariat, classe internationale : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ».
Cependant, nous rejetons les analyses qui ignorent le développement inégal dans la société capitaliste des différents pays d’Europe, contre l’alliance des impérialistes. Lénine écrivait à ce propos :
« L’inégalité du développement économique et politique est une loi absolue du capitalisme. Il s’ensuit que la victoire du socialisme est possible au début dans un petit nombre de pays capitalistes ou même dans un seul pays capitaliste pris à part. Le prolétariat victorieux de ce pays, après avoir exproprié les capitalistes et organisé chez lui la production socialiste, se dresserait contre le reste du monde capitaliste en attirant à lui les classes opprimées des autres pays, en les poussant à s’insurger contre les capitalistes, en employant même, en cas de nécessité, la force militaire contre les classes d’exploiteurs et leurs Etats. »
-Lénine, Du mot d’ordre des États-Unis d’Europe, 1915
En mettant l’internationalisme prolétarien au premier plan, nous devons lutter contre l’impérialisme français, son implication dans toutes les alliances impérialistes dans lesquelles il participe et dont il profite, et avancer pour sa destruction et celle de l’impérialisme dans son ensemble. C’est ainsi, et seulement ainsi, que l’union du prolétariat international sera réalisée, dans chaque étape de la révolution prolétarienne mondiale, et que nous triompherons des alliances impérialistes comme l’UE.
L’Union Européenne est par conséquent une alliance impérialiste, un partenariat déséquilibré et instable entre pays impérialistes, dominant des pays opprimés d’Europe, pour garantir le partage de leurs semi-colonies sur le continent et au-delà. C’est un projet mené par des forces de classe bourgeoises en opposition totale avec les masses populaires, le prolétariat et la classe ouvrière de tous les pays. Son destin est l’effondrement sous le poids des contradictions inter-impérialistes accentuées par la crise impérialiste, et la destruction par le prolétariat dans la révolution, que ce soit sous cette forme-ci ou sous une autre. Nous devons synthétiser l’expérience de lutte des masses contre les alliances impérialistes de toutes sortes (OTAN, UE, G7, G20…) et préparer le prolétariat et ses organisations pour en assumer la direction. C’est de cette manière, et seulement de cette manière, que des coups décisifs seront portés aux impérialistes dans leur ensemble, tant à ceux qui soutiennent ces alliances qu’à ceux qui souhaitent les quitter pour renforcer leur propre impérialisme en dehors.

domingo, 19 de mayo de 2019

INDIA: Ataque del EGPL destruye oficina del Panchayat en Odisha.

  
correovermello-noticias
New Delhi, 19.05.19
Un reporte de la prensa india, informa de la destrucción del edificio del Panchayat (gobierno local) en la localidad Timurpalli, en el distrito de Malkangiri en el estado de Odisha.
Una columna de unos 40 combatientes del Ejercito Guerrillero Popular de Liberación, tomaron la localidad y procedieron a la voladura del edificio. No se informa de heridos, pero si de cuantiosos daños. Los guerrilleros comunistas dejaron una pancarta que informaba que la acción es respuesta a las actividades anti-tribales, los crímenes en "falsos encuentros" y los arrestos.
Así mismo, la prensa informa, que un comunicado del clandestino Partido Comunista de la India (maoísta) se atribuye, el ataque que costo la vida a 15 agentes de las fuerzas represivas en el distrito de Gadchiroli, como respuesta a los crímenes de las fuerzas represivas, así como a los arrestos de personas progresistas, intelectuales acusándolos de "naxalitas urbanos". También afirma que el gobierno brahmínico y fascista, dirigido por Devendra Fadnavis, está saqueando los recursos naturales de Gadchiroli, como el mineral de hierro, después de llegar al poder. El comunicado llama a un bandh para hoy, día 19 de mayo, en protesta por estos crímenes contra el pueblo.

FRANCIA: Numerosos enfrentamientos entre manifestantes y fuerzas represivas en Nancy y otras localidades.

Une vitrine cassée dans le centre-ville de Reims, sur la manifestation des gilets jaunes le 18 mai / © Laurence Laborie / France 3 Grand Est


correovermello-noticias
Paris, 19.05.19
La Agencia France Press, informa de numerosos incidentes en las marchas organizadas por los Chalecos Amarillos en localidades como Nancy o Reims.
Las manifestaciones fueron atacadas por la policía con gases lacrimógenos y disparos de pelotas de goma. Se informa de una docena de detenciones en Nancy, así como, destrozos en algunos comercios y entidades bancarias. También fue quemada una bandera de la UE.
En Riems mas de tres mil manifestantes han participado en la marcha. Según medios de prensa atacaron las oficinas de France Bleu. Se afirma que hay numerosos detenidos. Agentes de la CRS golpearon sin motivo a una mujer, de 50 años, que tuvo que ser hospitalizada, el brutal acto, fue grabado por las cámaras de la TV.
Las fuerzas represivas han atacado los diversos eventos en localidades como Strasbourg o Dijon. En Marsella varios miles de manifestantes recorrieron las calles coreando consignas contra Macron y sus medidas propuestas esta semana.

sábado, 18 de mayo de 2019

AUSTRIA: Veranstaltung: "Nieder mit der EU“ / Evento Abajo la UE ! Viena e Innsbruck 19 de mayo.

Veranstaltung: „Nieder mit der EU“

Wien_fogo

Nieder mit der EU! Hoch der Internationalismus!
Diskussionsveranstaltung (Deutsch und Türkisch)
 
Wohin man schaut wird gerade kräftig die Werbetrommel für die kommende Wahl zur EU geschlagen. Doch wozu sollten wir, Arbeiter, Migranten, Frauen, Jugendliche unsere Stimme abgeben? Die EU ist kein „Bündnis unter gleichen“. Sie ist ein Projekt der mächtigen Länder in Europa, das für die Mehrheit nichts anderes als Rassismus, erzwungene Migration, verstärkte Ausbeutung der Menschen und der Natur und auch ungerechte Kriege bedeutet. Die Türkei ist ein Paradebeispiel dafür, wie heuchlerisch die EU Politik ist: Es werden faschistische Marionetten wie Erdogan unterstützt um billige Arbeitskräfte und Ressourcen zu erbeuten und gleichzeitig wird die Unterdrückung in Europa mit antimuslimischen Rassismus fortgeführt. In der Ukraine wurde 2014 mit Hilfe von Faschisten die sich klar in Nazi-Tradition stellen ein blutiger Krieg auf dem Rücken der Bevölkerung ausgetragen. Die EU ist kein „Friedens- und Wohlstandprojekt“ – was sie gebracht hat ist verstärkte Armut, Massenarbeitslosigkeit und militärische Aufrüstung! Die EU ist gegen uns – Stellen wir uns gegen die EU! Wir wollen gemeinsam mit euch diskutieren warum wir die EU ablehnen und Möglichkeiten aufzeigen uns dagegen zu Organisieren!
Kommt zur Veranstaltung! Beteiligt euch an den Diskussionen und bringt euch ein in Aktionen zum aktiven EU-Wahlboykott!

– Diskussion mit RednerInnen von PARTIZAN und ROT FRONT KOLLEKTIV –

WIEN

Sonntag, 19. Mai 2019, Amerlinghaus (Raum 4), Stiftgasse 8, 1070 Wien; ab 10:00 mit Frühstück, Kulturprogramm und Kinderbetreuung
um 14:00 Diskussion
Gemeinsame Anreise aus Linz, St. Pölten, Ternitz und Eisenstadt – Anfragen an: no-eu-2019@gmx.net

INNSBRUCK

Sonntag, 19. Mai 2019 / Schöpfstraße 9, Erdgeschoß,
ab 10:00 mit Frühstück und Kulturprogramm
um 13:00 Diskussion

FRANCIA: El 27 sabado de lucha de los chalecos amarillos, esta en marcha.



correovermello-noticias
París, 18.05.19
Resistiendo a la represión policial y al desanimo, se han convocado en toda Francia numerosos actos y manifestaciones, centradas esta jornada en las ciudades de Nancy y Reims.
En París hay dos convocatorias, una partirá del Arc de la Défence y la otra de les Champs-Élysées. Ëric Drouet ha criticado la dispersión de las convocatorias y manifestado que mucha gente esta enfadada con el movimiento por esta cuestión.
En Lyon, se informa de una marcha no comunicada a la prefectura. Fuente de los gilets jaunes afirman que es un cambio de estrategia frente a la represión policial.
Hay convocadas marchas en Besançon, Saint-Nazaire, Marsella, Niza o Burdeos y en numerosas rotondas.
La prensa burguesa, trata de minimizar las convocatorias, dentro de la estrategia desmovilizadora aunque las redes sociales y los grupos de Whatsaps, medios usados habitualmente por los GJ, anuncian las convocatorias. Una de las logros del movimiento ha sido romper con el monopolio informativo y su credibilidad. Todo ello a una semana de las elecciones europeas.

INDIA: El Telangana Vidyarthi Vedika reclama la liberación inmediata del profesor G.N. Saibaba. ( Redspark)


Release Prof Saibaba unconditionally: TVV demands

Karimnagar: The representatives of Telangana Vidyarthi Vedika (TVV) demanded unconditional release of Delhi University Professor GN Saibaba, who has been sentenced to central jail in Nagpur. They staged a protest by covering their mouths with black ribbons in front of Satavahana University in Karimnagar on Monday.
The protestors alleged that the BJP government is treating Prof Saibaba harshly, who is suffering from 90 per cent disability. When 100s of political gundas and terrorists were released on bail by the government, why it is not giving bail to the professor, who is fighting for the rights of tribal people, they questioned.
Even the united nations also requested the government to release Prof Saibaba along with other countries, but the government is behaving stubbornly with the professor, they added. Professor Saibaba is also suffering from several health issues due to lack of proper medical care provided to him in the jail. He is being subjected to mental torture. Laws, courts and jails are meant to mend the ways of people but not kill them, they criticised.
TVV representatives demanded the government immediate release of Prof Saibaba unconditionally. Otherwise they warned of launching massive movements and would teach the government a fitting lesson.
TVV representatives Venkatesh, Suresh, Vital, Mahesh, Ranadheer, Babu, Kranthi and Raju were present along with others.

viernes, 17 de mayo de 2019

FDLP-ECUADOR: ¡MORENO DINAMITA LAS CONQUISTAS LABORALES! ¡LA REBELIÓN SE JUSTIFICA!



Mayo 2019
¡MORENO DINAMITA LAS CONQUISTAS LABORALES!
¡LA REBELIÓN SE JUSTIFICA!


La sevicia con la que está obrando este régimen entreguista y hambreador es única.
Paulatinamente hemos visto cómo el régimen ha ido eliminando las conquistas laborales que históricamente ha conseguido la clase y el pueblo a través de grandes jornadas de lucha.

Ya entre los cuchitriles de la Asamblea se está rumiando las reformas al Código del Trabajo que, entre otras cosas, busca la manera de “flexibilizar” el despido de trabajadores. Entiéndase, otorgarle a la patronal la posibilidad de enviar al desempleo a los trabajadores sin tener que cubrir ningún tipo de indemnización.

Pero no hartos de eso, plantean también flexibilizar la contratación por horas. Otra criminal propuesta del régimen que enviará a la desocupación a cientos de miles de trabajadores y, aquellos que sean contratados, lo harán por cortos plazos y sin tener ningún tipo de beneficio como pago de horas extras, vacaciones, décimos, seguridad social, entre otros. Desde luego, el empresario baja el gasto corriente e incrementas sus ganancias a costa de los trabajadores.

Para no perder el hilo a esta serie de atropellos a los trabajadores, el régimen, CON RESPALDO DEL FRENTE UNITARIO DE TRABAJADORES, plantea se extienda de tres a doce meses el tiempo de prueba de los trabajadores. Es decir, al ampliar el tiempo de prueba, los empresarios pueden disponer sin mayor tramite del despido de los trabajadores y pasarse la vida contratando y expulsando trabajadores evadiendo, de esta manera, cumplir con las responsabilidades consagradas en casi todas las constituciones de los países del resto del mundo y que fueron conseguidas con sangre, dolor y lágrimas por la clase obrera.

Esta odiosa y repudiable pretensión, busca también la manera de exigir mayor entrega de la fuerza de trabajo del obrero para que después de 12 meses sean contratados de planta. Esta figura propicia la sobre explotación del trabajador que hoy en día es manejada desde ciertos eufemismos que fomentan la idea del “trabajador de alto rendimiento” y del “trabajador comprometido con la empresa”, artilugios que promueven, de manera descarada, el mayor acaparamiento de la fuerza de trabajo de los trabajadores por parte de los empresarios.

Como si todo esto fuese poco, el régimen también planta la incorporación de los días sábados y domingos como días hábiles de trabajo. Es decir, se vuelven creativos y eliminan la responsabilidad que tienen los empresarios de pagar horas extras de fin de semana a los trabajadores, además, desestructuran la familia del trabajador. Inicialmente estas propuestas sostienen que dicha asignación de horarios será consensuada entre empresarios y trabajadores. ¡Patrañas!, bien sabemos cómo estos miserables mercaderes de la vida de los trabajadores asignarán grupos de trabajo de tal manera que les posibilite mejorar la productividad con el mismo número de trabajadores y sin que esto represente una mejora salarial para éstos.

Bien lo hemos señalado durante todo este tiempo, sin el revisionismo, los gobernantes de toda laya, nada podrían hacer. El comportamiento del FUT y de sus dirigentes es anti obrera, cobarde, devienen en cómplices de la patronal y el régimen de explotación al que son sometidos los trabajadores asalariados del país. No hay duda, tendrán que responder ante la clase obrera y pueblo explotado por esta y otras traiciones descaradas.

Y la arremetida gubernamental contra los trabajadores no se detiene.

Los estudiantes de medicina del país, ceñidos a la malla curricular, deben, necesariamente, prestar sus servicios en los hospitales públicos del país durante un año calendario.

Los estudiantes pasan a cumplir largas jornadas de trabajo que muchas veces superan las 24 horas, tiempo en el que son explotados y exigidos, so pretexto de su pasantía.

El Estado, como contraparte, entregaba un estipendio de 500 dólares mensuales, obviamente, se les descontaba los impuestos de ley.

Hoy, el régimen después de haber condonado más de 4.600 millones de dólares de deuda que mantenían con el Estado los 20 grupos de poder económico y político del país, en los que obviamente están los banqueros, a los trabajadores de la salud, en este caso, a los estudiantes de medicina, les rebaja 200 dólares ejercitando, de esta manera, una política gubernamental de rapiña, desleal, explotadora y miserable en contra de los jóvenes trabajadores.

Los argumentos para rebelarnos están sobre el tapete de la realidad objetiva. La rebelión se justifica y debemos organizarla. A este régimen hay que combatirlo frontalmente y no podemos, no debemos darle un espacio más para que no termine por mandar al basurero de la historia las conquistas de la clase y del pueblo.

La rebelión se justifica, y hay que tener claro, esta rebelión no debe ser ejercitada sólo contra el régimen, sino contra todos aquellos que dan soporte a su política nefasta, entreguista y anti popular, el revisionismo y el oportunismo.

¡NO A LA PRECARIZACIÓN DEL TRABAJO!
¡DETENER CON LUCHA POPULAR A ESTE RÉGIMEN ANTI OBRERO!
¡CONDENAR Y COMBATIR A LA DIRIGENCIA SIDICAL QUE FAVORECE LAS POLÍTICAS ANTI OBRERAS DEL GOBIERNO Y SUS ALIADOS!
¡LA REBELIÓN SE JUSTIFICA!

Vive le 70ème anniversaire de la naissance d’Ibrahim Kaypakkaya, le leader de la lutte de la révolution prolétarienne en Turquie! / ¡Viva el 70 aniversario del nacimiento de Ibrahim Kaypakkaya, lider de la lucha por la revolución proletaria en Turquía. Declaración conjunta de organizaciones m-l-m.

Ceci est une déclaration commune des partis et organisations marxistes-léninistes-maoïstes à l’occasion du 70ème anniversaire de la naissance et du 46ème anniversaire de l’assassinat sous la torture du dirigeant communiste du prolétariat international en Turquie, Ibrahim Kaypakkaya.

 

Vive le 70ème anniversaire de la naissance d’Ibrahim Kaypakkaya, le leader de la lutte de la révolution prolétarienne en Turquie!

C’est le 46e anniversaire de l’assassinat du représentant du prolétariat international en Turquie, fondateur du TKP / ML (Parti communiste de Turquie / marxiste-léniniste) Ibrahim Kaypakkaya.
Le camarade Ibrahim Kaypakkaya n’avait que 24 ans lorsqu’il a été assassiné sous les sévères tortures infligées par l’État fasciste turc le 18 mai. Kaypakkaya a fondé le TKP / ML à l’âge de 23 ans.
Ibrahim Kaypakkaya a réussi à devenir le leader permanent de l’idée communiste et de la ligne révolutionnaire juste en Turquie.
Il est l’un des meilleurs disciples de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Il a évalué ses propres idées et le TKP / ML, qu’il a fondé, en tant que produits de la grande révolution culturelle prolétarienne. À l’époque où les idées marxistes-léninistes étaient globalement actives, lorsque dans les années 1960 et 1970, les luttes pour la révolution et le socialisme se développaient, la lutte de classe en Turquie faisait des progrès incroyables. Surtout dans les conditions du Mouvement de 1968, qui englobe le monde entier, des vagues révolutionnaires antifascistes et anti-impérialistes se sont formées entre étudiants. Ce mouvement a atteint son 50e anniversaire l’année dernière. A cette occasion, nous saluons ce mouvement qui a fait trembler le monde de l’impérialisme et des pouvoirs en place de peur.
Ce mouvement a été influencé par le marxisme-léninisme et adapté à la vague révolutionnaire qui s’est développée dans le monde avec l’idée de révolution et l’affirmation de la nécessité de la révolution. Cette période fut en même temps un processus au cours duquel le camp socialiste divisa les révisionnistes et les marxistes-léninistes. D’un côté, la résistance vietnamienne, le Mouvement des étudiants de 1968 et un certain nombre de luttes nationales pour la libération sociale, opposées à l’impérialisme et au système de gouvernement réactionnaire à un rythme accéléré, et de l’autre la lutte menée par Mao Zedong dans laquelle les communistes ont combattu le révisionnisme soviétique et les restaurateurs capitalistes qui existaient en Chine. En particulier, la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne, qui a vu le jour en Chine contre la bourgeoisie, a donné au développement de cette grande vague révolutionnaire un enthousiasme, une puissance et un courage énormes. Tandis que d’un côté les processus et les nécessités révolutionnaires étaient poursuivies et discutées, de l’autre côté se déroulait une profonde et stupéfiante lutte idéologique dans le cadre de débats sur les problèmes du socialisme.
Kaypakkaya s’est profondément inscrit dans le prolétariat international avec la lutte de classe dans le socialisme, sa position sur le social-impérialisme, sa persistance dans la guerre populaire, ses liens avec la lutte de classe et sa forte référence au président Mao Zedong. Dans ce contexte, il a pris comme référence la démarche courageuse du mouvement naxalite en Inde. Il a tracé une ligne de démarcation nette entre lui-même et la ligne aventuriste et focoiste du monde entier. En systématisant la ligne de démarcation communiste, qui se fonde sur la créativité des masses populaires, il réussit une rupture et forma sa ligne avec l’esprit et la conscience internationalistes.
C’est là, au milieu de ce processus, que Kaypakkaya a pris sa forme idéologique, politique et théorique. Il était nourri par les expériences progressives et riches de la lutte de classe. Mais ce n’est pas tout. Il était également influencé par l’audace, l’intrépidité et la richesse de pensée théorique et intellectuelle, qui détruirait tous les tabous, que la Grande Révolution culturelle prolétarienne, a suscité. Cela a fait ressortir qu’il avait de vives discussions théoriques avec les courants révisionnistes, qu’il en était venu à des résultats clairs sur la question du pouvoir politique, qu’il avait correctement analysé les problèmes de la société en Turquie, qu’il s’était clairement positionné sur les questions socio-politiques et historiques les plus fondamentales, et qu’il avait tracé le bon chemin et la bonne ligne pour la révolution. Kaypakkaya a notamment montré le caractère historique et actuel du régime politique de la classe dirigeante turque avec une clarté jamais vue auparavant. Il a ébranlé le révisionnisme du point de vue théorique et politique sur la coopération de classe en définissant le kémalisme comme un courant fasciste. En ce qui concerne le sujet de la nation kurde, il explique avec un point de vue léniniste clair avec lequel il trace une ligne de démarcation nette entre lui et tous les marxistes-léninistes progressistes, révolutionnaires et autoproclamés, qui avancent essentiellement des positions social-chauvinistes . Il a expliqué la qualité de la révolution en tant que révolution populaire démocratique et a essayé d’adopter la ligne stratégique de la guerre populaire dans le pays, avec sa base théorique et sa pratique. Il a brandi le drapeau communiste contre l’insensibilisation et l’humiliation de longue date du prolétariat et des masses populaires réprimées par le révisionnisme et l’opportunisme. Il apporta la solution aux problèmes historiques et sociaux, présentés comme déjà résolus par le révisionnisme, mais qui étaient laissés en arrière en réalité, grâce à une position complète et déterminée au MLM (marxisme-léninisme-maoïsme).
Il a également dirigé la lutte idéologique contre le mouvement centriste révolutionnaire petit-bourgeois, qui s’est développé dans les conditions dans lesquelles il vivait. De nouveau, il perfectionna et étendit sa ligne communiste par la lutte qu’il mena contre les nouveaux points de vue révisionnistes, contre le réformisme pacifiste et la liquidation. La poursuite ininterrompue de la lutte idéologique a apporté une énorme contribution au développement et au progrès de Kaypakkaya.
Il a atteint la clarté idéologique, l’affirmation politique et la compréhension théorique à un jeune âge. Sa méthode était marxiste-léniniste-maoïste. Son affirmation et sa clarté idéologique sont le résultat de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Sa compréhension et sa perception se sont développés au niveau de la lutte de classe. C’est une partie continue et ininterrompue de la lutte du mouvement ouvrier, de l’occupation de la terre par les paysans et de la lutte de la jeunesse qui étudie.
Son attitude communiste et révolutionnaire a conduit à son assassinat lorsqu’il est tombé aux mains des classes dirigeantes turques. Il existe toujours en tant que leader communiste du fait de son héritage dans le TKP / ML et de ses points de vue programmatiques, qui servent de guide à ce parti. Il est toujours le principal représentant du marxisme-léninisme-maoïsme en Turquie.
À l’occasion du 46e anniversaire de sa mort, son puissant héritage, sa richesse théorique et son affirmation politique ont permis de perpétuer une tradition qui ne s’est pas écartée de sa ligne et qui n’accepte aucun compromis, allant à l’encontre de la grande vague contre-révolutionnaire qui a prospéré dans le monde entier. Il a laissé derrière lui un parti et une lutte qui sont liés au communisme de manière ininterrompue depuis 47 ans.
À l’occasion du 46e anniversaire de sa mort, nous commémorons le dirigeant Ibrahim Kaypakkaya avec le serment de dévotion au communisme, de dévotion à la révolution et de dévotion à l’idéologie du prolétariat. Et nous continuerons à le commémorer. C’était un bon disciple et un continuateur de Marx, Engels, Lénine, Staline et du président Mao.
Pour son 70ème anniversaire et sa 46e année d’assassinat, il est primordial de placer au premier rang la lutte contre le révisionnisme, pour tirer des enseignements de la relation dialectique de Kaypakkaya avec le marxisme-léninisme et le maoïsme. Il n’est pas seulement d’importance historique, il est également essentiel dans la situation actuelle, où la tendance idéologique du réformisme, de l’opportunisme et du révisionnisme a également une influence sur un large front révolutionnaire et constitue donc la question principale. Les principales questions, telles que la tendance idéologico-politique de «l’impossibilité de la révolution dans un pays», l’écart par rapport à l’objectif de la dictature du prolétariat ou la liquidation et l’écart par rapport à la mission des partis communistes en tant qu’avant-garde et direction, sont les lignes de démarcation principales et fondamentales entre le marxisme-léninisme-maoïsme et le révisionnisme. Cette ligne de partage est dissimulée sous couvert de la «nouvelle pensée marxiste». Avec l’argumentation d’une lutte unifiée contre l’impérialisme et les classes réactionnaires au pouvoir, les masses ouvrières et opprimées sont soustraites à la lutte pour le pouvoir politique. Les questions relatives à l’ethnicité, aux convictions, à l’identité nationale, etc. sont de plus en plus sollicitées chez les masses dans cette direction et sont avancées dans une orientation réformiste. Dans les questions de lutte régionales et locales, elles sont de plus en plus isolées, ce qui, en réalité, ne pourrait être résolu qu’en brisant les principes fondamentaux de l’impérialisme. À travers cette situation concrète, à l’origine de cette conception fondamentale, on attend que la solution du problème soit donné par les impérialistes eux-mêmes. Les positions idéologiques et politiques marxistes-léninistes-maoïstes du camarade Kaypakkaya constituent non seulement une clé importante pour les communistes turcs et le Kurdistan turc, mais également pour tous les marxistes-léninistes-maoïstes du monde entier. En tant que moteur important de l’internationalisme prolétarien et de l’idéologie marxiste-léniniste-maoïste, Kaypakkaya occupe une place très importante en tant que dirigeant marxiste-léniniste-maoïste dans l’histoire des luttes de classe.
Le camarade Kaypakkaya vit et vivra encore dans les rébellions, les soulèvements et les luttes révolutionnaires contre l’impérialisme, le capitalisme, le féodalisme et toutes les réactions du peuple opprimé du monde sous la direction des marxistes-léninistes-maoïstes ! Pour le 70e anniversaire de sa naissance, nous nous souvenons du dirigeant Ibrahim Kaypakkaya de son lien avec le communisme, son lien avec la révolution et son lien avec l’idéologie prolétarienne. Et nous allons continuer à penser à lui.


Longue vie à Ibrahim Kaypakkaya!
A bas l’impérialisme et tous les réactionnaires!
Vive le chemin radieux de Marx, Engels, Lénine, Staline et le président Mao Zedong!
Vive l’internationalisme prolétarien!
Vive notre lutte pour la révolution, le socialisme et le communisme!


Signataires :
Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste
Parti Communiste maoïste, Etat français
Tjen Folket – Ligue Communiste, Norvège
Parti Communiste maoïste, Italie
Comités pour la constitution du Parti Communiste (Maoïste) d’Autriche
Comité Drapeau Rouge, Allemagne
Parti Communiste du Chili, Fraction Rouge
Mouvement Populaire du Pérou (Comité de Réorganisation)
Parti Communiste du Brésil (Fraction Rouge)
Parti Communiste de Grèce (Marxiste-Léniniste)

17 DE MAYO DE1980 - 17 DE MAYO DEL 2019. ¡Celebrando el 39 aniversario del Inicio de la Guerra Popular en el Perú!


jueves, 16 de mayo de 2019

A propósito de un manifiesto de organizaciones “comunistas” del Estado español ante las elecciones. Un artículo del camarada Miguel Alonso.



  
A propósito de un manifiesto de organizaciones “comunistas” del Estado español ante las elecciones.
Miguel Alonso.

No sin sorpresa he leído un manifiesto firmado, el pasado 12 de abril, entre otros  por Iniciativa Comunista.
Y digo sorpresa, porque teníamos otro concepto de los compañeros y compañeras que trabajan en esta última organización madrileña.
El texto formalmente resulta acertado en determinados análisis o críticas a la democracia burguesa pero cae en el mas rampante eclecticismo cuando no deslinda con el revisionismo y sus agentes desde el P”C”E de Carrillo a los seguidores de los revisionistas soviéticos del PCPE.
La traición a la clase obrera en la llamada “Transición” comenzó en el XX Congreso del PCUS y su infame campaña revisionista de patrañas contra el camarada Stalin. 
Los responsables tienen nombres y apellidos, Carrillo-Ibarruri-Gallego-Tamames Etc. Y lo principal, la ideología revisionista que sustentaban.
Hablar de Comunismo en el Estado español y tratar de pasar por encima de su historia, resulta escasamente riguroso, mas bien, un nuevo ejemplo del discurso ecléctico de “borrón y cuenta nueva” que algunos quieren, para así no renunciar a su revisionismo.

El manifiesto afirma:

Es necesario identificar y llamar a la lucha contra los verdaderos enemigos del pueblo. La construcción del poder obrero y popular debe hacerse sobre la base de ineludibles propuestas de ruptura.
-Ruptura con las estructuras de poder del franquismo travestidas en el Régimen del 78 y cuyos pilares son la Monarquía y la Constitución de 1978. Sólo la confluencia de las luchas obreras y populares por la República con la de los diferentes pueblos del Estado español por el ejercicio de su Derecho de Autodeterminación puede crear una correlación de fuerzas favorable para llevar a cabo una tarea histórica pendiente desde hace más de cuarenta años. Y junto a ella la lucha por la Amnistía que vacíe las cárceles de presos políticos antifascistas.
-Negar el pago de una Deuda infame construida a base de transferir fondos públicos a los grandes bancos y rebelarse ante el dictado del Déficit, con la reducción del gasto en servicios públicos que conlleva. Todo ello en el marco de la confluencia con otros pueblos de Europa con el objetivo común de romper con el Euro y con la UE, así como con su parafernalia de guerra dirigida contra otros pueblos o contra nosotros mismos: la OTAN y el Ejército Europeo. La expropiación de la banca y de las empresas estratégicas, y la planificación de la economía colocando las necesidades humanas como máxima prioridad social, son herramientas indispensables.
Los elementos políticos que aquí señalamos no saldrán en los debates, ni en las tertulias electorales. Son, sin embargo cruciales, y constituyen los pilares del programa político que debe permitir a la clase obrera y a los pueblos del Estado español empezar a construir sólidamente su propio poder, dejando atrás ilusiones y espejismos que tan caro estamos pagando.
Las organizaciones firmantes de este Manifiesto nos hemos comprometido a iniciar un proceso de debate y de unidad de acción que nos permita avanzar juntas para recuperar lo perdido y continuar la lucha hasta realizar la plena emancipación social.

Firman:
Iniciativa Comunista, PCE (ml), PCPE, Unión Proletaria, Red Roja.

Camaradas:
Este programa es un nuevo fraude reformista, travestido con la bandera roja. 
En ningún momento se señala como objetivo la Revolución Socialista, ya no digo la Dictadura del Proletariado o los medios para lograrla. No se habla de la necesaria unidad ideologica en torno al marxismo-leninismo y mucho menos del maoísmo.
Es el viejo discurso de la Republica, sin definir las clases que la sustentan y como una fase ineludible para la revolución. "Ahora Republica burguesa y mañana ya veremos".
¿Y en torno a esto es que pretenden reconstruir el Partido de la Clase Obrera?
Realmente, es tristemente sorprendente, que en aras de no sé qué unidad cuantitativa, se abandonen los principios básicos del marxismo por parte de los camaradas de Iniciativa Comunista.

PALESTINA: La Nakba a 71 ans..

La Nakba a 71 ans…

Palestiniens expulsés de leurs maisons lors de la Nakba
Le mandat britannique sur la Palestine a pris fin à minuit le 15 mai 1948. Et l’État israélien a vu le jour, au prix de nombreux massacres, d’expulsions et de destructions de villages entiers.
Les Palestiniens ont commémoré d’une manière non officielle leur tragédie nationale de la perte de leur patrie pendant des décennies. En 1998, l’ancien président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat, a déclaré le 15 mai, journée de souvenir national.
A cette occasion, quelques lectures sur cette Catastrophe :
☞ « La place de la Nakba dans la catastrophe générale du monde arabe« sur The Palestine Chronique
☞ « Les chiffres-clés 2019 » les réfugiés de la Nakba en quelques chiffres sur Plateforme Palestine
☞ « Notre Nakba et leur indépendance » le témoignage de Dareen Tatour, activiste palestinienne poétesse et photographe sur Palestine Vaincra
☞ Et les paroles de Georges Abdallah, en mai 2013 :
 » La Naqba de 1948, elle est toujours là, une blessure béante…une blessure toujours saignante…tout un peuple y est lié. Elle est Partout, elle est dans tout. Elle est les camps de réfugiés et les ruelles de la misère et les massacres et la terreur et l’humiliation à tout moment. Elle est les vieux et les moins vieux attendant toute une vie l’heure du retour, gardant en main avec tendresse des vieilles clés qu’on passe de père en fils jusqu’à nos jours… Elle est le crime qu’on reproduit devant les yeux de tout le monde. Les impérialistes de tous bords y ont participé et continuent à cautionner, d’une manière ou d’une autre, la spoliation et la destruction de tout un peuple…
Comme vous voyez chers camarades la Naqba, loin d’être un moment douloureux d’un passé lointain qu’on cherche à commémorer par respect aux ancêtres, elle est le vécu quotidien de tout un peuple. De ses entrailles surgissent toujours de longs cortèges de fedayin et les enfants de l’Intifada. Elle est la Palestine de tous les jours. »
Popular Front for the Liberation of Palestine, Marc Rudin – c. 1984.